Manuel Ponce – Estrellita

Joshua BellDécouvrons aujourd’hui un compositeur mexicain, Manuel Ponce (1882-1948), avec sa composition la plus célèbre, nommée Estrellita. Cette oeuvre, ici dans une version pour violon et orchestre, est pleine de légèreté, et comblera sans aucun doute celles et ceux qui aiment à se laisser aller à la fin d’une longue journée de labeur… Joshua Bell, que nous vous avions déjà évoqué à propos de la célèbre expérience menée par le Washington Post (Joshua Bell dans le métro), interprète ici cette « Petite Etoile » pleine de mélancolie…

Joshua Bell dans le métro – Bach – Chaconne

Joshua Bell dans le metroAujourd’hui, treizième épisode des vidéos hors-jeu! Tous les vendredis soirs, une vidéo décalée (passionnante, bizarre, impressionnante ou simplement drôle) vous attendra pour vous donner le sourire après une dure semaine!

La vidéo du jour est le fruit d’une expérience sociologique réalisée par un journaliste du Washington post, qui a d’ailleurs a remporté un Prix Pulitzer en 2008 pour son article intitulé Pearls Before Breakfast. Si vous avez un peu de temps, allez lire son article très intéressant, sinon, voici en gros l’idée:

On a demandé à un célèbre violoniste américain, Joshua Bell, d’aller jouer dans le métro comme s’il faisait cela pour gagner sa vie – si ce n’est qu’il jouait des pièces très difficiles sur un Stradivarius de 1713… Quel a été le résultat? En 43 minutes, 1097 personnes sont passées devant lui, sept personnes seulement se sont arrêtées plus d’une minute pour l’écouter, et il a récolté 32$.

Qu’en déduire? Que sans un cadre, la plupart des gens ne peuvent apprécier l’art? C’est l’une des hypothèses de l’auteur, qui étaye ses arguments en remarquant que les personnes les plus sensibles au violon de Bell sont… les enfants! Il conclut en disant que si nous sommes incapables d’apprécier l’art dans un contexte inattendu, nous risquons de passer à côté de beaucoup de choses dans la vie sans le savoir!

Le grand violoniste français Renaud Capuçon a réitéré la même expérience deux ans après, sur la ligne 6 du métro parisien, dans le cadre d’un film intitulé 7:57 AM-PM. Il y interprète La Mélodie d’Orphée de Gluck.