Franz Schubert – Schwanengesang- Ständchen – par Fischer-Dieskau

Dietrich Fischer Dieskau, mort le 18 mai 2012Le monde de la musique classique est en deuil, car hier, Dietrich Fischer-Dieskau, l’un des plus grands barytons du XX° siècle, s’est éteint. Nous vous proposons aujourd’hui d’écouteur l’une de ses interprétations d’un des Lieder de Schubert, compositeur que le chanteur appréciait particulièrement. Il s’agit du Lied Ständchen (Sérénade), extrait du recueil de Lieder intitulé Schwanengesang (Le chant du Cygne) (que nous vous avions présenté il y a plusieurs mois dans sa reprise par Liszt)

Je vous invite également à aller écouter le Lied de Mahler Ich bin der Welt abhander gekommen (je me suis retiré du monde), dans son interprétation de Fischer-Dieskau, qui ne pourra manquer de vous toucher…

<

Gottfried Heinrich Stölzel – Bist du bei mir

Le morceau d’aujourd’hui est très célèbre, et son attribution malheureuse à Jean-Sébastien Bach y est sans doute pour beaucoup… En effet, cette aria, provenant en fait d’un opéra du compositeur Stölzel, se trouvait dans l’un des trois « Petit livres de notes d’Anna Magdalena Bach » (rédigé par le compositeur à l’attention de son épouse), sans plus de précision… Elle se vit ainsi attribuer la référence BWV 508! Or, l’oeuvre se trouvait tout simplement là car Bach appréciait ce morceau – comme nous espérons que vous l’apprécierez également!

Il est ici interprété par le célèbre contre-ténor allemand Andreas Scholl. Voici la traduction des quelques paroles:

Si tu es avec moi, j’irai joyeux
Vers ma mort et mon repos.

Ah ! comme elle serait heureuse, ma fin,
Si tes belles mains fermaient mes yeux fidèles !

Gustav Mahler – Ich bin der Welt abhanden gekommen

Gustav Mahler« Je me suis retiré du monde », c’est la traduction du titre de ce superbe Lied de Gustav Mahler, ici interprété ici par le baryton Dietrich Fischer-Dieskau, accompagné au piano par Daniel Barenboim. La musique de Mahler vient illustrer un poème de Friedrich Rückert; le poète déclare qu’il lui importe peu de vivre séparé du monde, et qu’il est désormais au calme, à l’abri de son tumulte… Le poème se termine ainsi: je vis seul, dans mon ciel, dans mon amour, dans mon chant…

Je vous laisse vous imprégner de la paix que dégage ce morceau…

Franz Schubert – An die Musik

Franz Schubert adolescentPas de vidéo hors-jeu aujourd’hui, nous vous présentons nos excuses, la semaine a été chargée pour tous les rédacteurs… Mais un superbe morceau pour nous faire pardonner!

Lied très connu de Schubert, An die Musik est, comme son nom l’indique, un hymne à la musique. Le poète remercie la musique qui l’a toujours soutenu dans les heures difficiles, lui ouvrant les portes d’un monde meilleur…

On image aisément ce Lied chanté par le jeune compositeur (âgé de 20 ans au moment de l’écriture de ce morceau), un soir d’hiver, au piano, oubliant un tourment d’amour grâce à la musique…

Ceux et celles qui préfèrent les voix masculines pourront écouter la première version, chantée par Dietrich Fischer-Dieskau, ceux qui sont plus sensibles aux voix féminines se délecteront de l’interprétation de Felicity Lott…

Georg Friedrich Haendel – Faramondo – Rival ti Sono

Faramondo est un opéra en trois actes de Haendel d’après un texte adapté de l’oeuvre de Apostolo Zeno. Il est créé le 3 janvier 1738 au King’s Theatre de Londres. Tombé aux oubliettes après seulement 8 représentations, il est joué à nouveau à partir de 1976…

Voici encore un bon exemple de la puissance que peut avoir un contre-ténor.

Nous vous proposons ici une interprétation du roi des Francs par Max Emanuel Cencic, chanteur croate qui accède à la célébrité à l’âge de 6 ans lorsqu’il chante « Der hölle Rache » de la Flûte Enchanté de Mozart à la télévision croate. Il avait du potentiel. J’espère que cet extrait vous convaincra qu’il a su l’exploiter.

Henri Duparc – Phydilé

Nous vous avions présenté récemment un morceau de Jean Cras sur ce site. Nous vous proposons aujourd’hui l’écoute d’une oeuvre de son maître et très proche ami Henri Duparc (1848-1933). Encore un grand génie. Duparc est connu pour avoir composé entre autres les fameuses 17 « mélodies », et dans le genre, il est souvent considéré comme le plus grand compositeur – union parfaite de la mélodie et des paroles. Phydilé est ici interprétée par la soprane Margaret Price.

Atteint de neurasthénie, Duparc arrête malheureusement de composer à l’âge de 37 ans. Il est permis d’aller se recueillir sur sa tombe au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Henry Purcell – Birthday Ode for Queen Mary II: I-V

En ce jour de mariage royal, il semble de bon ton de vous proposer l’écoute de « Birthday Ode for Queen Mary II » (oui, comme le paquebot…), dont vous entendrez ici les 5 premiers mouvements.

Purcell, qui était à l’époque un des compositeurs préférés du Roi, se vit proposer la composition d’une Ode pour l’anniversaire de Sa Majesté la Reine Mary II en 1694. Chacun des mouvements constitue un chef d’oeuvre à part entière. Le compositeur modifie l’orchestration, les solistes, la forme et même l’esprit de chacun des mouvements pour créer un ensemble d’une pureté absolument remarquable.

Nous vous proposons ici l’interprétation du Taverner Consort and Players; orchestre baroque (Players), harmonie vocale (Consort) et choeur, appelé ainsi en hommage au compositeur anglais du XVIème siècle John Taverner. Aujourd’hui mené par le chef Andrew Parrott en 1973, l’ensemble était dirigé jusqu’au début des années 90 par le violoniste John Holloway.