Kurt Weill – L’Opéra de quat’sous – Denn wovon lebt der Mensch?

Après avoir pas mal parlé de Bernstein et de sa comédie musicale américaine, retour en arrière avec une autre comédie musicale, allemande cette fois-ci, née du travail commun entre Kurt Weill et Bertolt Brecht. Nous vous avons déjà présenté « La Complainte de Mackie« , le premier morceau dont l’ambiance assez vulgaire rappelait celle d’un cabaret. Dans cet article, voici un deuxième morceau plutôt célèbre, intitulé « Denn wovon lebt der Mensch? », qui peut se traduire par « Mais alors, de quoi vit l’Homme? ». La voix nasillarde du chanteur peut a priori surprendre, voire déranger (nous qui vous avons tant habitués aux belles voix des sopranos coloratures !), mais l’harmonie et les cadences n’en restent pas moins grandioses dans leur genre.

Pour ceux qui sont familiers de Bertolt Brecht, vous vous doutez bien que le texte recèle d’une réelle poésie et d’une réelle richesse littéraire. Germanistes, vous êtes servis : le cynisme des paroles traitant de la bestialité humaine de la bassesse de l’Âme des Hommes vous donnerait des frissons, d’autant plus lorsqu’il est exprimé dans la langue de Goethe ! Vous trouverez les paroles en allemand et anglais ici, je n’ai hélas pas réussi à mettre la main sur une version française digne de ce nom.

L’Opéra de quat’sous a été souvent joué ces dernières saisons à Paris; n’hésitez pas à sauter sur l’occasion d’une prochaine représentation pour passer un bon moment !