Antonio Vivaldi – Dixit Dominus

Voici une oeuvre datée du début du 18ème siècle et dont les manuscrits ont été seulement redécouverts en 2005 à Dresde! Il s’agit du Dixit Dominus de Vivaldi, divisé en 11 parties dont nous vous proposons aujourd’hui l’écoute des 5 premières. L’oeuvre avait passé 200 ans dans l’ombre, ayant en fait été attribuée par erreur au compositeur Baldassare Galuppi.

Le Dixit Dominus de Vivaldi est considéré comme l’une des plus importantes redécouvertes en musique baroque depuis les années 1920.

Antonio Vivaldi – Estro Armonico – Concerto Grosso en sol mineur Op.3 n°2

VivaldiAprès vous avoir présenté Les Quatre Saisons et le Stabat Mater de Vivaldi, nous nous devions de vous faire connaître la deuxième oeuvre concertante la plus connue du compositeur : l’ Estro Armonico. Bach appréciait beaucoup la musique du Prêtre roux (sobriquet utilisé pour surnommer Vivaldi dans les rues de Venise, à l’époque) et surtout ce concerto, dont il tira 6 des 10 transcriptions qu’il fit à partir des oeuvres de Vivaldi.

Parler d’un concerto serait anachronique, puisque la forme musicale n’existait pas encore à l’époque. À la fin du XVIIe siècle, Arcangelo Corelli fixe la forme du concerto grosso, dans lequel un petit ensemble de solistes, le concertino, s’oppose à la masse de l’orchestre. Le concerto de soliste va naître de ce concerto grosso par réduction de l’effectif du concertino. S’il n’en est pas l’inventeur, Antonio Vivaldi en impose la forme avec, justement, L’Estro Armonico dont nous vous proposons un mouvement aujourd’hui. Bonne écoute!

Antonio Vivaldi – Les Quatre Saisons – L’Automne

VivaldiAvec un peu de retard, célébrons l’automne avec Vivaldi! Ce morceau vient compléter le quadriptyque musical du génie baroque, après l’Hiver (concerto n°4 en fa mineur), le Printemps (concerto n°1 en mi majeur), et l’Ete (Presto), que nous vous avions déjà proposé.

Il y a de la moisson, des feuilles qui tombent et des chasseurs courant après les cerfs dans cette musique…

Antonio Vivaldi – Les Quatre Saisons – L’Eté – Presto

VivaldiCélébrons l’entrée en été avec ce morceau si connu mais si beau de Vivaldi, composé dans la foulée avec les autres saisons dans les années 1720. Nous vous invitons à réécouter l’Hiver

C’est aussi l’occasion de faire connaissance avec Nigel Kennedy, le controversé car excentrique, mais génial violoniste anglais. Régalez-vous de son look inimitable.

Antonio Vivaldi – Gloria

Antonio Vivaldi compose son Gloria lorsqu’il est employé à l’Ospedale della Pietà, couvent, orphelinat et école de musique de la ville de Venise en Italie. Cette institution accueillait donc des enfants abandonnés ou dont les parents ne pouvaient subvenir aux besoins. Les garçons y apprenaient le commerce jusqu’à l’âge de 15 ans, tandis que les filles y étudiaient la musique pour que les plus douées d’entre elles finissent par intégrer le choeur et ensemble renommés de l’Ospedale. On peut imaginer l’ambiance à l’époque…

Vivaldi est très connu pour ses compositions pour violon notamment (lui-même étant un excellent violiniste), mais certaines de ses oeuvres lyriques furent redécouvertes au XXème siècle seulement, comme le Gloria (RV 589) dont nous vous proposons l’écoute aujourd’hui. Voici une interprétation par le English Concert de Trevor Pinnock qui dirige et joue du clavecin en même temps, comme au bon vieux temps.

Antonio Vivaldi – Concerto N° 1 in mi majeur – Opus 8

C’est le printemps!!
De circonstance, le concerto dont nous vous proposons l’écoute de l’interprétation du mouvement communément surnommé « Le printemps » par « The Academy of St Martin in the Fields », a été composé aux alentours de 1720. Après l’Hiver, rendez-vous en Juin pour le troisième extrait des « Quatre Saisons »!

Allegro
« Voici le Printemps
Que les oiseaux saluent d’un chant joyeux
Et les fontaines, au souffle des zéphyrs,
Jaillissent en un doux murmure
Ils viennent, couvrant l’air d’un manteau noir,
Le tonnerre et l’éclair messagers de l’orage.
Enfin, le calme revenu, les oisillons
Reprennent leur chant mélodieux.

Largo
Et sur le pré fleuri et tendre,
Au doux murmure du feuillage et des herbes,
Dort le chevrier, son chien fidèle à ses pieds.

Allegro

Au son festif de la musette
Dansent les nymphes et les bergers,
Sous le brillant firmament du printemps. »

Antonio Vivaldi – Stabat Mater

VivaldiPar Camille Steiblen – Audituri Te Salutant!

Le Stabat Mater (abréviation du premiers vers, Stabat Mater dolorosa) est un poème latin médiéval qui évoque la douleur de Marie lors de la crucifixion de son Fils. Il a été écrit au XIIIème siècle par un moine franciscain, et mis en musique par de nombreux compositeurs. Celui de Vivaldi a été composé en 1712 pour l’église de sa ville natale (Brescia) mais n’a ensuite été rejoué qu’à partir de 1939. Vivaldi n’utilise que 10 des 20 vers du poème original. Il est très généralement interprété par un contre-ténor ou un haute-contre, mais il semblerait que Vivaldi aimait l’entendre chanter par des voix d’alto.

Voici le premier mouvement (Largo), interprété par le célèbre Andreas Scholl (contre-ténor). Je ne peux que vous conseiller d’écouter cette oeuvre magnifique en entier (notamment le Eias Mater).

Stabat Mater dolorosa
Iuxta crucem lacrimosa
dum pendebat Filius.

Cuius animam gementem,
contristatam et dolentem,
pertransiuit gladius.

O quam tristis et afflicta
fuit illa benedicta
Mater Vnigeniti.

Quæ mœrebat et dolebat,
Pia Mater cum uidebat
Nati pœnas incliti.

(Debout, la Mère, pleine de douleur,
Se tenait en larmes, près de la croix ,
Tandis que son Fils subissait son calvaire.

Alors, son âme gémissante,
Toute triste et toute dolente,
Un glaive transperça.

Qu’elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils de Dieu !

Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.