Antonio Vivaldi – La fida ninfa – alma oppressa

VivaldiAntonio Vivaldi est sans doute plus célèbres pour ses nombreux concertos que pour ses opéras, genre dans lequel il a pourtant été prolifique, en comptant près d’une cinquantaine à son actif. Nous vous proposons ce soir d’écouter Alma oppressa, un air tiré de La fida ninfa (La nymphe fidèle), interprété par la mezzo-soprano américaine Vivica Genaux, qui fait montre ici de toute sa virtuosité.

Antonio Vivaldi – Concerto pour mandoline en do majeur

VivaldiNous vous proposons ce soir une petite virée à Venise,  au son d’un instrument typiquement italien : la mandoline. Instrument sans doute moins noble que le violon ou le piano, il a été très peu été mis à l’honneur par les différents compositeurs de notre ère, et c’est regrettable, notamment lorsqu’on écoute ce concerto pour mandoline en do majeur composé par Antonio Vivaldi, qui saura sans aucun doute vous égayer ! Je vous laisse entre les mains expertes du mandoliniste israëlien Avi Avital.

Antonio Vivaldi – Concerto pour hautbois Op. 7 N°7

VivaldiUn peu de gaieté baroque avec Vivaldi et son concerto pour hautbois Op. 7 N°7. A l’époque, si les concertos n’étaient pas aussi longs que ceux qu’on peut trouver à l’époque romantique, ils n’en étaient pas moins structurés. L’agencement de celui-ci est assez simple et bien équilibré : l’Allegro avec le thème principal, commençant à l’unisson pour donner de la puissance et de la vivacité ; puis le Largo, mouvement lent et plus triste, à partir de 2:56, avant de conclure avec un nouvel Allegro à partir de 5:03, plus enjoué.

Les Quatre Saisons – recomposées par Max Richter – L’été, 1er mouvement

Lorsqu’on évoque Vivaldi, ce sont souvent les Quatre Saisons qui viennent à l’esprit. Ces superbes concerti pour violons, composés aux alentours de 1720, sont aujourd’hui tellement connus qu’ils sont souvent considérés soit comme des emblèmes de la musique dite « classique », soit comme des morceaux rabâchés aux oreilles de ceux qui leur préfèrent des oeuvres sacrées comme le sublime Gloria par exemple.
Quoi qu’il en soit, ces oeuvres marquantes en ont inspirées plus d’un, dont le compositeur anglais d’origine allemande Max Richter. Ce compositeur contemporain né en 1966, connu notamment pour ses musiques de films, a suivi une formation classique tout en étant influencé par la musique punk et électronique. En octobre 2012, le Britten Sinfonia à Londres joue la première de sa Recomposition des Quatre Saisons. Le compositeur reconnaît s’être affranchi de 75% de la musique de Vivaldi, mais on retrouve tout de même constamment l’empreinte du prêtre roux dans chacun des mouvements.

L’écoute de l’oeuvre intégrale est recommandée (l’originale comme la recomposition, les deux ayant été enregistrées et publiées par Deutsche Grammophon :)). Mais pour vous donner un aperçu, voici un extrait de la recomposition: le 1er mouvement de l’Eté. Le début du mouvement a été peu retravaillé mais Richter prend plus de liberté pendant le développement. Le violoniste Daniel Hope nous offre une belle interprétation, d’autant plus remarquable qu’il est habitué à jouer le concerto original et qu’il lui a donc fallu réapprendre et savoir jongler entre les deux… on vous laisse imaginer la gymnastique mentale et le doigté qu’il faut pour y parvenir.
Cette oeuvre me semble être l’aboutissement et l’expression d’une grande liberté musicale, qui allie humilité et ambition pour un résultat étonnant peut-être mais qui ne devrait pas vous laisser indifférent. En tous cas, Max Richter avoue lui-même que son souhait était de retomber amoureux de l’oeuvre originale, et qu’il y est parvenu… Bonne écoute !

Antonio Vivaldi – Sonate pour Trio « La Follia »

Nous vous proposons de continuer la semaine avec un saut dans le passé, au XVIIe siècle, âge d’or du baroque, afin de rendre visite à Vivaldi. Pour cette occasion, préparez vous à vous délecter des variations écrites autour du thème de la Folia (voir ce très bel article où tout a été dit !), l’un des plus célèbres et les plus utilisés de l’époque baroque. Le rythme du début fait penser à celui de la Sarabande de Haendel, on peut donc dire que cela démarre assez doucement… Heureusement, l’art de la Variation permet de faire des merveilles, d’autant plus lorsqu’il est servi par un orchestre de talent dirigé par Jordi Savall, spécialiste de la matière, connu pour jouer sur des instruments d’époque. Le temps de 10 minutes, les joies de la musique baroque s’offrent à vous ! Bonne écoute !

Antonio Vivaldi – Ascende Laeta

VivaldiPar Thibaud Boulet – Audituri Te Salutant!

Voici une oeuvre de Vivaldi que j’ai découvert il y a quelques semaines: Ascende Laeta, présenté comme étant l’introduction du fameux Dixit Dominus, dont il a déjà été question sur ce site.
Si le Dixit Dominus est superbe, son introduction ne l’est pas moins! Vous la connaissez peut être, mais si ce n’est pas le cas, pour vous la présenter en deux mots, il s’agit d’une prière à la Vierge Marie, en l’honneur de son Assomption, donc probablement écrite pour un 15 août (si tant est que c’était déjà un 15 août que l’on fêtait l’Assomption dans les années 1710). Difficile pour moi d’analyser méthodiquement cette oeuvre, n’ayant pas les mots pour cela. Mon impression personnelle est que tout est très léger, la musique porte en elle-même une certaine joie, et très certainement, elle est une véritable prière du compositeur, dont on perçoit la dévotion presque amoureuse envers la Vierge Marie.

Bonne soirée à toutes et tous!

Antonio Vivaldi – Concerto Il Riposo per Il Santissimo Natale

En ce jour de Noël, nous vous proposons l’écoute d’un Concerto pour violon du prêtre rouge (ainsi surnommait-on Vivaldi en raison de ses cheveux roux).

Pour ceux qui aiment la musique de Vivaldi et qui sont à Paris, vous pouvez en ce moment vous rendre à l’église de la Madeleine pour assister à l’interprétation de ses concerti les plus connus (les Quatre Saisons), ainsi que des chants de Noël et les Ave Maria de Schubert et de Gounod, que nous avons déjà présenté sur ce site et qu’il faut réécouter!

Bonne écoute, et Joyeux Noël à tous!