Piotr Tchaikovski – Dumka (Scène Rustique russe)

Difficile de ne pas être touché par la musique de Tchaikovski (jugez donc par cette sublime barcarolle) et encore plus lorsque celle-ci vient à nous surprendre, à nous faire ressentir des émotions contradictoires, à nous donner le sourire tout en nous arrachant une larme du coin de l’oeil. C’est un peu ce que l’on peut ressentir à l’écoute de ce morceau, Dumka, qui signifie « pensée » en ukrainien (avec un sens proche dans les autres langues slaves). Difficile de ne pas « voir » les va-et-vient de ce morceau comme une conscience qui erre, tantôt mélancolique, tantôt radieuse. A en juger par le titre, Tchaikovski a souhaité mimer musicalement une scène paysanne russe – on n’en vient qu’à mieux apprécier cette oeuvre. A cet égard, dessinez-vous donc mentalement un petit village de Sibérie, recouvert d’un épais manteau blanc par un hiver rugueux, apparemment désert, bref un vrai décor de nature morte… sauf que les villageois, eux, n’en sont pas moins vivants et, bravant la vigueur des blizzards, persistent à danser, faire la fête, être de bonne humeur… bref, à vivre. Jugez donc le changement de « ton » du morceau, aux alentours de 3 minutes 20, vous verrez mieux de quoi je veux parler :)

Et surtout, quand le morceau est amené avec la maîtrise de Pletnev, on ne peut que mieux apprécier sa beauté. Avouez donc que cette oeuvre vaut bien toutes les tisanes du monde pour vous aider à affronter l’hiver qui s’installe…

Piotr Tchaikovski – Eugène Onéguine – Scène de la lettre

TchaikovskiRetour à la culture russe avec l’opéra Eugène Onéguine de Tchaikovski! Celui-ci est tiré du roman en vers du même nom d’Alexandre Pouchkine. L’histoire en est la suivante:

Tatiana, vivant dans une famille paysanne, tombe sous le charme d’Eugène Onéguine, un ami de Lenski, fiancé de sa soeur Olga, lorsqu’elle le voit pour la première fois. Tatiana écrit le soir même une lettre d’amour à Onéguine, qui lui répondra malheureusement qu’il n’est pas homme à tomber sous le charme de la première venue, et ne sent pas destiné au mariage…

Un peu plus tard, lors d’une fête donnée en l’honneur Onéguine s’amuse à flirter avec Olga, ce qui rend son ami Lenski fort jaloux,  à tel point que la querelle se termine par un duel, dans lequel Onéguine tue Lenski.

L’action reprend quelques années après. Onéguine est malheureux, il pleure son ami le plus cher, mort de sa main, et se réalise à quel point sa vie est vide de sens… C’est dans ce contexte qu’il va revoir Tatiana, désormais mariée. Il se rend alors enfin compte qu’il l’aime, et vient se jeter à ses pieds. C’est trop tard : Tatiana, en larmes, lui avoue qu’elle l’aime toujours, mais qu’elle restera fidèle à son mari… Il ne reste plus à Onéguine que ses yeux pour pleurer…

Place à la musique de Tchaikovski, et au célèbre air de la lettre, avec Renée Fleming dans le rôle de Tatiana. J’aime bien la manière dont les instruments à vent parviennent à traduire l’empressement et l’excitation de Tatiana écrivant cette lettre décisive…


Piotr Tchaikovski – La belle au bois dormant – Marche (Prologue)

TchaikovskiAvant de vaquer à vos activités du samedi soir, nous vous proposons une musique à la fois entraînante et solennelle, avec cette marche du prologue du ballet « La Belle au bois dormant », de Tchaikovski. Nous vous en avions d’ailleurs déjà presenté la célébrissime valse.

Nous retrouvons ici ce que nous aimons chez Tchaikovski: une utilisation incroyablement talentueuse de l’ensemble de l’orchestre et même du triangle! La mélodie évoque l’arrivée de la cour dans la salle royale. L’évènement est de taille puisqu’il s’agit de la cérémonie de baptême de la princesse Aurore, à laquelle sont invitées toute les bonnes fées du royaume. La mauvaise fée Carabosse, furieuse de ne pas avoir été invitée, viendra jeter un sort à Aurore. Mais la musique accompagnant ce méfait sera présentée dans un autre article :)

A demain!

Piotr Tchaikovski – Concerto pour violon – mouvement III (Allegro Vivacissimo)

TchaikovskiUn des premiers articles que nous vous avions proposés était le 1er mouvement du concerto pour violon de Tchaikovski. Nous étions alors encore sous le charme du film Le Concert.

Aujourd’hui, voici le 3° mouvement de ce même concerto. L’enregistrement que nous vous proposons doit figurer au panthéon des meilleures versions de ce concerto. Si Zubin Mehta est un chef d’orchestre aussi charismatique que génial, c’est, à mon avis, à Itzhak Perlman que cet enregistrement doit l’essentiel de sa magie.

Ses doigts tout ronds se promènent avec une dextérité ahurissante sur le manche, son bras droit fait voler son archet avec une précision stupéfiante. Et le tout avec un sourire bonhomme qui donne l’impression que c’est finalement tout ce qu’il y a de plus facile…

Sa joie intérieure est si profonde qu’elle en est communicative. C’est plus qu’un concert, c’est une leçon de vie que donne Perlman!

Piotr Tchaikovski – valse sentimentale

TchaikovskiRetrouvons ce soir Tchaikovski et ses mélodies reconnaissables entre mille. Lorsque l’on cherche au-delà des inévitables monuments de la musique que le génie russe nous a légués, on trouve des oeuvres plutôt courtes, moins connues mais qui portent sa signature faite d’un mélange réussi entre les canons de la musique occidentale et l’expression ultra-sensible de l’âme russe.
C’est le cas de cette valse magnifique et, reconnaissons-le, assez peu dansante, sauf par moments. Elle commence par une montée plutôt triste. S’ensuit alors une hésitation entre ce même thème tourmenté et une mélodie plus joyeuse, et plus « tournoyante ». Le morceau s’achève dans un retour au thème nostalgique.
Laissez-vous embarquer!

Piotr Tchaikovski – Symphonie N°6 « Pathétique » – 1°mouvement

TchaikovskiSouvent sur lamusiqueclassique.com, nous aimons vous présenter une oeuvre en commençant par le dernier mouvement… C’est ce que nous avons fait par exemple avec la symphonie pathétique de Tchaikovski, dont nous vous avions présenté l’Adagio Lamentoso. Le compositeur a mis beaucoup de sa personne dans cette oeuvre, et est mort quelques jours après sa création…

Aujourd’hui, écoutons donc le premier mouvement de cette symphonie, dans lequel on perçoit le ton tragique dès les premières notes… Ce mouvement étant un peu long, il sera divisé en deux vidéos.Le chef Herbert van Karajan est ici à la baguette.

L’acmé de ce premier mouvement est atteinte à 3:38 dans la deuxième vidéo: le morceau atteint une tension dramatique rare, avant de s’apaiser progressivement – j’aime beaucoup l’effet produit par les cordes descendant plusieurs fois la même gamme en pizzicato (en pinçant les cordes), à partir de 7:23…

Piotr Tchaikovski – Concerto pour piano N°1 – 2° mouvement

Yuja WangRetrouvons ce soir le compositeur russe Piotr Tchaikovski avec son concerto pour piano N°1, donc nous vous avions déjà présenté le premier mouvement et le troisième mouvement. Voici donc le deuxième, le plus calme des trois! Nous vous le proposons dans une interprétation de la jeune pianiste chinois Yuja Wang, qui le jouait vendredi soir dernier à la salle Pleyel, avec le Pittsburgh Symphony Orchestra.

Le deuxième mouvement se conclut dans cette vidéo à 7:00 – mais profitez-en pour réécouter le dernier mouvement dans la foulée!

Bonne fin de week-end à tous!