Jean-Sébastien Bach – Passion selon St Matthieu – Erbarme dich Mein Gott

reniement de Saint Pierre - tableau du Caravage
Le Caravage – Le reniement de Saint Pierre

Vendredi Saint oblige, nous vous proposons ce soir un extrait de la superbe passion selon Saint Matthieu de Bach, dont nous vous avions présenté l’ouverture.

Ce soir, le passage choisi correspond aux larmes pleines de remords de Pierre, se rendant compte qu’il a renié Jésus par trois fois, comme celui-ci le lui avait annoncé. Les paroles, et un semblant de traduction :

Erbarme dich, mein Gott, Aie Pitié mon Dieu
um meiner Zähren willen! Devant mes larmes!
Schaue hier, Herz und Auge Vois donc mon coeur et mes yeux
weint vor dir bitterlich. Qui pleurent amèrement devant toi.
Erbarme dich, mein Gott. Aie pitié, mon Dieu.

C’est le célèbre contretenor allemand Andreas Scholl qui interprète ici cet air.

Georg Friedrich Haendel – Xerxès – Ombra mai fu

Georg Friedrich HaendelOmbra mai fu, l’air d’ouverture de l’opéra Xerxes (Serse, en français) de Haendel, est un chant d’amour assez particulier, puisqu’il s’adresse… à un arbre! Xerxès, roi de Perse, vante l’ombrage d’un platane… Cette pièce très douce, comme peut l’être le repos à l’ombre d’un bel arbre, est aussi connue sous le nom de Larghetto de Haendel. L’opéra a été un échec à ses débuts, notamment parce qu’il mêlait des éléments tragiques et comiques, ce qui allait à l’encontre du bon goût d’alors…

Ombra mai fu est ici interprété par le contreténor  Andreas Scholl.

Henry Purcell – King Arthur – La chanson du génie du froid

PurcellSecond extrait du semi-opéra King Arthur de Purcell sur la musiqueclassique.com: après vous avoir fait découvrir Your Hay,  nous vous proposons aujourd’hui d’écouter la Cold Genius Song    (chanson du génie du froid), dont vous trouverez les paroles ci-dessous. Le climat de froid est très bien reproduit par l’orchestre, ainsi que par le soliste, qui semble réellement mourir de froid…

La chanson du génie du froid est ici interprétée par le célèbre contreténor allemand Andreas Scholl…

Comme promis, les paroles. Bonne écoute !

What power art thou, who from below
Hast made me rise unwillingly and slow
From bed of everlasting snow?
See’st thou not how stiff and wondrous old
Far unfit to bear the bitter cold,
I can scarcely move or draw my breath?
Let me, let me freeze again to death.