Erik Satie – Gnossienne n°3

Allez, comme nous sommes des gens honnêtes, doués d’une rigueur comptable minimale, nous ne vous arnaquerons pas d’un morceau suite au manquement d’hier soir ! Après avoir écouté Brahms et ses paroles musicales érudites incessantes, reposez-vous donc un peu l’esprit avec Satie, qui vous a surtout habitués à de la musique calme, à la limite du minimalisme, sans pour autant que cela n’affecte la richesse et la profondeur du morceau. La Gnossienne n°3 s’inscrit ainsi dans la droite lignée de oeuvres de Satie, on remarquera même une grande similitude avec la 1ère Gnossienne (qui a été composée quelques mois avant la 3e, la 2e ne sera écrite que 3 ans plus tard) : il faut que croire que, dans la vie d’un compositeur, certaines tonalités peuvent souvent revenir, de manière périodique, saisonnière…

Peut être ce morceau vous rappellera Mr. Nobody, film de 2010, mettant en scène Jared Leto et ses vies multiples … le morceau collait particulièrement bien à l’ambiance de l’histoire !

Erik Satie – Gymnopedie N°2

Erik SatieAprès vous avoir présenté la première gymonopédie d’Erik Satie, voici donc la deuxième! C’est la seule des trois gymnopédies a ne pas avoir été orchestrée par Debussy (selon ce cher Claude, elle ne s’y prêtait pas…). Vous attendrez donc la présentation de la troisième pour avoir une version pour orchestre!

Encore une fois, Satie a écrit une musique très calme, reposant sur un rythme binaire calé à la main gauche… Bref, une musique qui correspond bien à cet horaire tardif!

Erik Satie – Vexations

Erik SatieLe morceau que nous vous présentons ce soir est sans doute l’un des plus longs de l’histoire du piano, puisque son exécution peut durer jusqu’à 24h! Le même thème est répété un certain nombre de fois, 840 pour être précis… Son compositeur Erik Satie a d’ailleurs écrit au début de la partition: « Pour jouer 840 fois de suite ce motif, il sera bon de se préparer au préalable, et dans le plus grand silence, par des immobilités sérieuses ». Craquage de Satie, connu pour être quelqu’un d’assez bizarre?

La première représentation complète a eu lieu en 1963 à New York, sous l’impulsion de John Cage (l’homme aux 4’33 »…)

Nous vous proposons donc d’écouter un bref extrait de cette oeuvre…

Erik Satie – Gymnopedie N°1

Erik SatieLa gymnopédie N°1 (sur 3) est l’un des morceaux les plus connus d’Erik Satie. Construite autour de deux accords très simples de septième majeure, sa simplicité fait sa beauté, et d’elle découle une grande paix… Que désigne le terme gymnopédie? Une danse que pratiquaient de jeunes spartiates nus dans l’antiquité…
La première gymnopédie est ici interprétée par le grand pianiste Aldo  Ciccolini.

Dix ans après, Debussy a orchestré la première et la dernière gymnopédie – en inversant les noms… Nous vous faisons donc découvrir la troisième gymnopédie de Debussy (qui correspond à la première de Satie que vous venez d’écouter ;-))

Erik Satie – Gnossienne N°1

C’est une musique mystérieuse et envoûtante que la Gnossienne N°1 du compositeur français Erik Satie (1866-1925), première d’une série de six Gnossiennes. Ce terme vient du mot gnose, qui désigne un concept philosophico-religieux plus ou moins ésotérique, qui est à la recherche de la connaissance parfaite (en simplifié…). Cela n’est pas étonnant, Satie étant impliqué dans diverses sectes gnostiques au moment où il écrivit ses Gnossiennes – il avait même créé sa propre église, l’Eglise métropolitaine d’art de Jésus-Conducteur (dont il était le seul grand-prêtre… et fidèle!)

On retrouve ce morceau comme leitmotiv du film Paris de Cédric Klapisch, avec entre autres Juliette Binoche, Romain Duris  et Fabrice Luchini.

La première Gnossienne est ici interprétée par le pianiste chinois Lang Lang, à qui l’on reproche souvent, malgré son réel talent, d’avoir un style trop démonstratif, ainsi qu’un côté très marketing ( il a notamment joué aux cérémonies d’ouverture de la Coupe du Monde de football 2006 et des JO de Pékin en 2008, et possède son modèle de chaussures chez Adidas…)