Camille Saint-Saëns – Introduction & Rondo Capriccioso

Camille Saint-SaënsVoici l’une des oeuvres les plus populaires de Saint-Saëns, dont l’écoute donnera aux travailleurs le coup de fouet nécessaire pour mener à bien la tâche qui les occupe encore à cette heure tardive! L’oeuvre a été dédiée à Pablo de Sarasate, violoniste virtuose et compositeur espagnol que nous vous avions déjà présenté. Et virtuose, il faut l’être pour exécuter cette pièce, vous allez l’entendre! Itzhak Perlman ne s’en sort pas si mal… Si le morceau ne vous dit rien, attendez 1:40, c’est à ce moment qu’arrive le thème le plus connu.

Pablo de Sarasate – Zapateado

Le Zapateado est un genre de musique mexicain, importé et dansé en Espagne aujourd’hui, et qui fait son entrée dans la musique classique grâce à Sarasate, compositeur des superbes Aires Gitanes. Sarasate était un des plus grands si ce n’est le plus grand violoniste de son époque. En 1866, l’acquisition d’un stradivarius lui permet de parfaire sa technique.

Bonne soirée à tous !

Pablo de Sarasate – Aires gitanos

Aires gitanos (« airs gitans ») est une œuvre pour violon et orchestre composée par l’espagnol Pablo de Sarasate à la fin du XIXe siècle. Les plus grands violonistes chérissent cette œuvre riche pour ses airs mélodieux autant que du point de vue purement technique. Ici, c’est le violoniste israélien Itzhak Perlman qui s’attèle au morceau et ses prouesses techniques.

Même si le morceau se compose d’un unique mouvement, on peut distinguer quatre fragments différents grâce au changement de rythme qui s’effectue pendant les 8 minutes que dure le morceau.

Le premier fragment est un mouvement « Moderato » : il débute par une introduction majestueuse par l’orchestre, puis le violoniste reprend le thème introductif en le jouant d’une manière plus suave. (du début à 1’02)

Le second fragment est un « Lento » : le violoniste semble se lancer dans une méditation improvisée. Admirez la difficulté technique de ce passage, qui fait intervenir des coups d’archet et des ricochets. (de 1’02 à 4’13)- Le rythme se ralentit encore pour former un troisième fragment « Un poco piu lento » où le violoniste joue une mélodie très mélancolique. (de 4’13 à 6’02)

Le morceau se termine enfin sur un mouvement où la fougue du violoniste au départ refait surface : dans l »Allegro molto vivace » final,  la musique devient très rapide, et le jeu du violoniste devient de plus en plus technique. Ici, Itzhak Perlman exécute les spiccato et le pizzicato à la main gauche avec brio. (de 6’02 à la fin)

Le dernier fragment est un véritable bouquet final, aussi conseillons nous à nos lecteurs de s’attarder sur les dernières minutes du morceau…