Bedrich Smetana – String Quartet No. 1 – Allegro vivo appassionato

Ce morceau a été composé en 1876, alors que le compositeur tchèque était déjà sourd…

Le premier mouvement dont nous vous proposons l’écoute aujourd’hui exprime l’idéal romantique de Smetana et installe une tension dramatique palpable. Cette tension est liée à l’importance que revêt l’oeuvre pour le compositeur à un moment de sa vie où il réalise que la composition musicale sera un exercice plus difficile qu’avant.

La première privée eut lieu en 1978, et le joueur de viole (qui interprète le premier solo assez impressionnant) ne fut autre que Anton Dvorak, autre compositeur tchèque de la période romantique, dont ce site vous a déjà parlé dans plusieurs articles.

Joseph Haydn – Quatuor à cordes op.64,n°5, 4e mouvement : Finale vivace – « L’alouette »

Joseph HaydnParmi toutes les œuvres que l’on doit à Haydn, un des compositeurs les plus connus de la période classique, on compte 66 quatuors à cordes. C’est donc à juste titre que l’on qualifie souvent ce génie de la musique de « père du quatuor à cordes». Mozart lui-même admirait sans doute son contemporain Haydn pour ces oeuvres, puisqu’il lui a dédié une large partie de ses quatuors. Ce genre musical est une formation majeure de la musique de chambre, et se fonde sur l’équilibre de quatre voix indépendantes, égales en importance mais fortement imbriquées : on reconnait d’ailleurs à l’écoute du morceau la partition du 1er et du 2e violon, de l’alto et du violoncelle.

Le surnom « L’Alouette » que l’on attribue généralement au morceau que nous vous présentons aujourd’hui n’est pas de Haydn lui-même, mais il fait référence aux notes aiguës dans lesquelles s’élance le premier violon dans le premier mouvement du quatuor.

Samuel Barber – Adagio pour cordes

Voilà un air que vous avez très certainement entendu de nombreuses fois sans savoir qui en était l’auteur. Il s’agit en fait d’un compositeur de musique classique appartenant à la période moderne (qui correspond approximativement à la première moitié du XXème siècle). Il est surtout connu pour son Adagio pour cordes, qui lorsqu’il le réécrit pour choeur, prend le nom d’ Agnus Dei.

Ce n’est pas anodin si ce doux air vous est familier, étant donné qu’il a servi de musique de film pour 20 films, dont Elephant Man, et le fabuleux destin d’Amélie Poulain. Bonne écoute ;)

Félix Mendelssohn – Quatuor à cordes en fa mineur Op. 80 – Allegro Vivace Assai

En 1847, Mendelssohn compose le 6ème de ses quatuors à cordes, peu de temps avant de mourir et quelques temps seulement après la mort de sa soeur Fanny. Cela a sans doute participé à en faire une de ses oeuvres les plus puissantes et empreintes d’une émotion dramatique particulière.

Nous vous proposons aujourd’hui l’écoute du premier des quatre mouvements de l’oeuvre, interprété par de brilliants étudiants (deux violons, un alto et un violoncelle).

Joseph Haydn – Quatuor n° 62 dit « Empereur » – Allegro

Franz Joseph Haydn (1732-1809), de nationalité autrichienne, est l’un des compositeurs les plus prolifiques de la période dite « classique ». Il est notamment connu pour être le père du quatuor à cordes, dont je vous propose aujourd’hui l’écoute d’un mouvement. Le morceau, composé en 1797, est ici interprété par le Kodaly Quartet, génies hongrois des instruments à cordes, dont le 1er violon se prénomme tout de même Attila…

Bien que Haydn ait été un compositeur isolé et finalement peu reconnu pendant la plus grande partie de sa vie, on apprécie la légèreté et la gaieté de l’œuvre. Comme vous le savez peut-être, Haydn fut un ami proche de Mozart et le professeur de Beethoven.