Sergueï Prokofiev – Pierre et le Loup – Pierre attrape le loup, les chasseurs arrivent, la marche vers le zoo

Pierre et Le LoupVoici la troisième et dernière partie du conte musical Pierre et le Loup. La présentation sommaire du compositeur et de cette oeuvre ont déjà été faites dans les deux premiers articles, donc évitons les répétitions rébarbatives :)

Juste une remarque quand même: ceux qui ont vu Jaws (Les Dents de la Mer) de Steven Spielberg s’amuseront de la partie entre 0:40 et 1:00… John Williams s’est-il largement inspiré de Pierre et le Loup pour son thème du requin? Peut-être mais avant de l’en accuser, il faut savoir que beaucoup de compositeurs, consciemment ou pas, reprennent des thèmes et des idées musicales déjà exploitées, en les réintégrant à leur sauce. Pour vous en persuader, voici un exemple avec le plus grand d’entre eux. En outre, le procédé ici utilisé (les deux notes séparées d’un demi-ton répétées de façon entêtante) est assez commun dans toutes les oeuvres voulant faire ressentir une angoisse pressante.

Et maintenant, place au génie russe qui n’a pas son pareil pour figurer un loup!

Sergueï Prokofiev – Pierre et le Loup – Le loup, le canard attrapé, le loup traque, Pierre se prépare, Oiseau vs loup

Pierre et Le LoupVoici la suite du conte musical Pierre et le Loup que nous avions abordé ensemble récemment. Pas de grand discours cette fois, juste un mot pour souligner l’inspiration ahurissante de Prokofiev qui semble trouver les instruments, la mélodie et le rythme parfaits pour figurer le loup (dès le début de la vidéo)… Quel enfant n’a pas tremblé à l’écoute de ce passage…?

Autre moment bref mais génial: le coup de stress du chat à partir de 0:59!

Sergueï Prokofiev – Pierre et le Loup – Ouverture, l’oiseau, le canard, le grand-père

Pierre et Le LoupNous avons déjà rencontré Sergueï Prokofiev, le si talentueux compositeur soviétique.  Musicien inspiré et génial, il eut le malheur de vivre la plus grande partie de sa période créatrice sous le règne de Staline qui demandait aux bureaucrates de trier les productions artistiques compatibles avec l’idéologie communiste. Ne voulant surtout pas se mêler de politique, il était pourtant souvent accusé de composer de la « musique bourgeoise » trop inspirée de la supposée dégénérescence artistique de l’Ouest. Son immense talent poussa pourtant les autorités soviétiques à, parfois, le porter en triomphe et à le présenter comme un compositeur officiel du régime, ce qu’il ne fut pas. Comble de malchance, il mourut une heure avant Staline, ce qui fait que même sa mort fut étouffée…

En 1936, il compose le conte Pierre et le Loup, à la demande de la directrice du Théâtre Central pour enfants de Moscou qui souhaitaient que ceux-ci apprennent à reconnaître les instruments. Commençons aujourd’hui par la figuration de la campagne russe, de l’oiseau, d’un canard et du grand-père de Piotr!

Serge Prokofiev – Symphonie Classique – 4° mouvement

ProkofievSerge Prokofiev commença à composer sa première symphonie, la Symphonie Classique, juste avant l’éclatement de la révolution d’octobre en Russie. Ce lien avec les événements historiques qui bouleversent la Russie se prolonge par la suite, puisque Prokofiev mourut la veille de la mort  du « petit père du peuple ». Tour à tour honoré et rejeté par le régime communiste, Prokofiev a préféré s’exiler au Japon puis en Europe davantage par recherche de calme que par souci idéologique.

Même s’il a reçu une formation classique en musique, Prokofiev a toujours cherché à s’affirmer par la provocation, à choquer les bourgeois en travestissant les formes musicales traditionnelles. Dans cette symphonie par exemple, Prokofiev a mélangé la forme du rondo et de la sonate. Cependant, l’héritage classique qu’il a reçu grâce à sa formation est encore bien reconnaissable : la Symphonie Classique s’inspire beaucoup des symphonies de Joseph Haydn. Prokofiev aurait même dit que la Symphonie Classique est l’œuvre que Haydn aurait composé s’il avait vécu au début du 20ème siècle.

Nous avons choisi l’interprétation du chef d’orchestre d’orchestre Valery Gergiev, car ce dernier est connu pour être le « tsar de la musique russe »… A vous d’en apprécier le talent !

Serguei Prokofiev – Concerto pour violon N°2 – II Andante Assai

ProkofievProkofiev est parfois un peu ardu, mais le morceau d’aujourd’hui est mélodieux à souhait, nul doute qu’il saura vous séduire. Le deuxième concerto pour violon de Prokofiev est contemporain du ballet Romeo et Juliette, il fut créé en 1935. Le deuxième mouvement est ici interprété par le grand violoniste Jascha Heifetz. Si celui-ci avait la réputation d’être très dur, froid, voire cruel (avec ses élèves), cela ne se ressent certainement pas dans son jeu…

Merci à Alexandre F. de m’avoir fait découvrir ce morceau que je ne connaissais pas!

Serguei Prokofiev – Etude Op.2 N°1

ProkofievYoutube nous propose souvent de regarder des vidéos en s’appuyant sur notre historique de vidéos vues… C’est ainsi que j’ai découvert la superbe étude Op.2 N°1 de Prokofiev, que je ne connaissais pas. Chose amusante, le passage de 0:54 à 1:33 m’a tout de suite fait penser à un célèbre air de jazz, composé par Billy Straihorn pour Duke Ellington: Take the A Train. Et en plus, les deux morceaux sont dans la même tonalité… Coïncidence? Je ne crois pas ;-)

Serguei Prokofiev – Op.52 – 6. Scherzo

ProkofievPar Edouard – Audituri Te Salutant!

Compositeur majeur du XXe, Prokofiev tient une place particulière dans le paysage musical de du XXe siècle en développant un langage musical original et créatif. Marqué par une grande liberté notamment rythmique, l’oeuvre pour piano de Prokofiev se caractérise souvent par son aspect percussif, naviguant entre le brutal et et le virtuose. Comme dans ce joli scherzo issu de l’opus 52, qui rassemble diverses pièces pour piano solo. Il s’agit de la transcription pour piano d’une oeuvre orchestrale qu’a réalisée lui-même le compositeur. Cette version est celle du pianiste russe Boris Berman, dont l’enregistrement des oeuvres pour piano de Prokofiev constitue une référence. On peut admirer ici la clarté parfaite du jeu de Berman, jusque dans les passages les plus rugueux…