Félix Mendelssohn – Prélude et fugue en Mi mineur

MendelssohnCe soir, restons en compagnie du piano, avec Mendelssohn, grand artiste allemand contemporain de Chopin, Liszt et Schumann. Mendelssohn a beaucoup composé pour piano (souvenez-vous de ses romances sans parole) et a participé de ce mouvement créatif qui a consacré le piano comme Roi des instruments. Il est traditionnellement rangé, et à raison, parmi les compositeurs romantiques. Pourtant, vous allez voir, le morceau du jour montre un goût certain pour les procédés baroques, tels que le contrepoint.

Après une introduction toute romantique, le jeune Félix (le morceau aurait été composé quand il avait environ 20 ans) nous propose quelque chose qu’une oreille peu avertie pourrait aisément confondre avec du Bach, surtout si c’était joué sur un clavecin… Quelle maîtrise étonnante pour un compositeur si jeune.

WA Mozart – Sonate pour piano N° 12

Wolfgang Amadeus MozartAprès la folie du morceau d’hier, revenons à quelque chose de beaucoup plus classique, avec cette sonate de Mozart. Le prodige de Salzbourg l’a probablement composée vers 25 ans, aux alentours du moment où il s’est installé à Vienne.

Le style du morceau est typique du classicisme. La forme de la sonate y est scrupuleusement respectée (contrairement au morceau d’hier). Les mélodies et les rythmes employés cherchent à créer une atmosphère de perfection plaisante, sans innovation particulière.

C’est calme, c’est reposant et ça s’écoute aussi bien avec attention qu’en musique d’ambiance… Mozart est l’ami de toutes les oreilles!

Ludwig Van Beethoven – Sonate pour piano N°32

Attention chef d’oeuvre!

Encore Beethoven aujourd’hui, avec une sonate phénoménale. Beethoven compose ce morceau à 52 ans, alors qu’il ne lui reste que 5 ans à vivre. Durant ces 5 ans, il composera encore, notamment sa 9° symphonie, mais il ne créera plus d’oeuvre pour piano (pourtant son instrument de prédilection). C’est pourquoi cette sonate a été surnommée « l’Adieu au piano ».

Ce morceau est un condensé de l’audace Beethovenienne. Le maître de Bonn y mélange les styles de la sonate, de la fugue, et de la variation. Il se permet des audaces rythmiques inouïes pour l’époque. Comme souvent avec les artistes qui ne cherchent pas qu’à plaire, mais aussi à suivre leurs intuitions en imaginant la beauté de demain, l’oeuvre fut d’ailleurs ignorée et méprisée par ses contemporains.Ce morceau est un de ceux qui signent la fin de l’époque classique et l’ouverture à de nouvelles formes, romantiques, voire modernes!

Si vous devez n’écouter que ça, allez à 15:55 et jugez par vous-mêmes. Beethoven préfigure, avec 100 ans d’avance, les rythmes du Boogie-Woogie! Quand on vous dit « génie »…

Edvard Grieg – Concerto pour piano en La mineur – 3° mouvement

Edvard GriegLe morceau que nous vous proposons aujourd’hui est le mouvement final du concerto pour piano en La mineur de Grieg, dont nous avions déjà présenté le 1er et le 2° mouvement. Cette pièce du compositeur norvégien est à ranger dans les concertos pour piano qui ont fait date, aux côtés de ceux de Liszt et Rachmaninov notamment. Comme les virtuoses hongrois et russe, Grieg nous livre ici une oeuvre épique qui s’écoute de préférence avec attention (voire les yeux fermés!) pour bien se laisser traverser par le déluge d’émotion que convoie le morceau.

Du début de ce mouvement, dansant, à la conclusion magistrale, laissez-vous emporter!

Frédéric Chopin – Nocturne Op.9 N°3

Chopin jeuneCe soir, retrouvons Chopin et sa virtuosité romantique. Nous avions déjà partagé les deux premiers Nocturnes de l’Op. 9, entièrement dédié à Madame Camille Pleyel, la femme du grand pianiste et fabricant de piano à qui Chopin devait beaucoup. Aujourd’hui, (ré)écoutons le 3° volet de cette sublime trilogie.

Durant toute la première partie, Chopin utilise les effets chromatiques avec une infinie nostalgie. Comme souvent avec le génie polonais, la main gauche joue une base harmonieuse d’arpèges alors que la main droite court librement sur le clavier, produisant ces mélodies qui portent sa signature.
Tout d’un coup, la tonalité change et l’agitato débute: plus d’accords tourmentés, plus de contrastes, plus de violence mélodique.
Puis on retourne à la douceur avec la dernière partie qui s’achève dans une descente de tierces quasi dissonantes, suivie d’un legatissimo exquis de finesse. Excellente soirée à toutes et tous!

Gabriel Fauré – Suite Dolly – Berceuse

Gabriel FauréVous connaissez déjà Gabriel Fauré, immense compositeur romantique français de la fin du XIX° siècle, et élève de Saint-Saëns. Mais c’est la première fois que nous vous présentons la suite Dolly, qui est un ensemble de 6 courtes pièces pour piano à 4 mains. Dolly était la fille d’Emma Bardac, avec qui Fauré eut une liaison. Emma, qui était déjà mariée, finira par divorcer, mais pour épouser… Claude Debussy, plusieurs années après sa passion pour Fauré.

Nous commençons par le commencement, avec la berceuse qui est la première des 6 pièces, composée pour l’anniversaire de Dolly (de son vrai nom Hélène) qui avait alors un an. Comme souvent avec les berceuses, il y a un thème lancinant magnifique, et une mélodie plus variée dans les aigus.

Idéal à écouter avant d’aller se coucher! Et pour ceux qui aimeraient retrouver d’autres berceuses, cliquez sur Chopin, Brahms et Godard… Bonne nuit…

Franz Schubert – Marche Militaire N°1

Franz Schubert adolescentDe l’allant et de la bonne humeur aujourd’hui, avec Schubert et sa première marche militaire. Cette oeuvre pour piano à 4 mains a probablement été écrite alors que le jeune Schubert (alors âgé de 20 ou 21 ans) était employé à la maison du comte Esterhazy en Hongrie pour instruire sa fille dans l’art du piano. L’air enjoué, immédiatement mémorisable, en a fait une de ses oeuvres les plus populaires.

Notez comme, à partir de 2’50, le morceau passe brièvement en mode mineur, pour un rendu typique du romantisme schubertien. Avant de retourner au thème martial plus bondissant, en mode majeur. Il faut imaginer Schubert (qui mesurait 1,52m!) riant en jouant avec sa jeune élève et faisant la joie de la maison du comte!