Giuseppe Verdi – La Traviata – Prelude

Verdi (1813-1901 ) est principalement connu pour ses opéras, dont les quatre plus célèbres sont  Nabucco, Rigoletto, La Traviata et Aida. L’idée de la Traviata, qui nous intéresse ici, est venue à Verdi après qu’il eût assisté à une représentation de la Dame aux Camelias d’Alexandre Dumas fils (pas celui qui écrivit les Trois Mousquetaires, donc).

L’histoire de la Traviata est celle d’un amour impossible entre une demi-mondaine (Violetta) et un jeune homme de bonne famille (Alfredo), à qui son père interdit cette union. Ce dernier va la forcer à écrire une lettre de rupture à son fils, qui rendra celui-ci au désespoir. Quand Alfredo se rend compte que Violetta n’a cessé de l’aimer, il est trop tard, et celle-ci, atteinte d’une grave maladie, meurt dans ses bras. La première de cette opéra, donnée en 1853, fut un fiasco, notamment à cause de la corpulence de Violetta, qui n’allait pas avec la frêle jeune femme mourante dépeinte par Verdi..

On perçoit toute la dimension tragique de la Traviata en en écoutant l’ouverture/prélude à l’acte 1, dans laquelle sont présentés les principaux thèmes musicaux de l’oeuvre.

Le Royal Opera House est dirigé par Sir George Solti

Frédéric Chopin – Scherzo n°2 Op.31

Baudelaire évoque l’oeuvre de Frédéric Chopin (1810-1849) en ces termes: « cette musique légère et passionnée, qui ressemble à un brillant oiseau voltigeant sur les horreurs d’un gouffre ». On perçoit bien cette tension dans le Scherzo n°2, que Schumann comparait à une poésie de Lord Byron, « débordante de tendresse et de hardiesse, d’amour et de mépris ».

Yundi Li, plus jeune vainqueur du prestigieux concours Chopin à seulement 18 ans, interprète ici le Scherzo n°2. Si ça vous plaît, vous pourrez regarder et écouter la performance qui lui a permis de gagner le concours ici.

Felix Mendelssohn – Concerto pour violon et orchestre en Mi mineur – 1° mouvement

Robert Schumann (1810-1856) voyait en lui « le Mozart du XIX° siècle ». Sans nul doute, Felix Mendelssohn (1809-1847) appartient au panthéon des grands génies musicaux. Enfant prodige, puis pianiste virtuose et compositeur adulé de son vivant, Mendelssohn a marqué la musique au point de rentrer dans l’imaginaire populaire mondial avec sa célèbre marche nuptiale, jouée à un grand nombre de mariages.

Il serait cependant dommage de ne connaître de Mendelssohn que cette marche nuptiale, tant le reste de son oeuvre, toujours empreinte de sobre élégance et d’une finesse exquise, est éblouissant. A l’image du 1° mouvement du concerto pour violon et orchestre, interprété ici par Julia Fischer. Si vous avez vu le film Les Visiteurs, vous reconnaîtrez sans peine la musique du générique final, qui emprunte en effet quelques mesures à ce concerto.

Lorsqu’on découvre Mendelssohn, on ne peut que regretter amèrement que, comme Mozart et d’autres immenses compositeurs, il ait disparu si jeune, à 38 ans. Mais parions que nous aurons l’occasion de découvrir d’autres de ses chefs-d’oeuvres dans les semaines qui viennent!

Hector Berlioz – Symphonie fantastique – Un bal

Pour commencer la semaine, écoutons aujourd’hui le troisième mouvement de la Symphonie fantastique de Hector Berlioz (1803-1869), mouvement intitulé Un bal . Cette oeuvre monumentale a été écrite en seulement deux mois (février-mars 1830) par un Berlioz en proie à la passion qu’avait provoquée chez lui la belle Harriet Smithson, actrice anglaise qu’il avait vue jouer lors d’une représentation du Hamlet de Shakespeare en 1828. Celle-ci, qui faisait la sourde oreille à ses lettres d’amour récurrentes (envoyées pendant 5 ans!), fut finalement séduite à la suite d’une représentation – mise en place pour elle – de la Symphonie fantastique en 1832. « Berlioz, à la chevelure ébouriffée, jouait les timbales tout en regardant l’actrice d’un visage obsédé et chaque fois que leurs yeux se rencontraient, il frappait encore d’une plus grande vigueur. » (Heinrich Heine). Ils se marièrent finalement en 1833, mariage qui fut un échec et s’acheva sept ans plus tard. Berlioz soutint cependant Harriet jusqu’à la fin de sa vie.

Cette musique romantique raconte vraiment une histoire: on imagine l’artiste arriver dans la salle du bal, dans laquelle résonne une valse (à partir de 0:40). Soudain entre la femme aimée (air plus doux, vers 2:05); tous les regards se jettent sur elle,  l’artiste est hypnotisé. La valse reprend (3:08), la femme aimée danse devant l’assistance…  L’artiste se prend à rêver d’amour avec elle (4:17 à 4:32)… Soudain, la musique se ranime, l’artiste sort de sa rêverie, la cherche des yeux… elle a disparu! Il ne reste plus à celui-ci que le souvenir de cette femme (reprise du thème doux à partir de 5:14)… La valse se termine finalement, laissant l’artiste seul à son désespoir.

Le troisième mouvement de cette Symphonie fantastique est ici interprété par le West Estern Divan Orchestra, sous la direction de Daniel Barenboim, grand pianiste et chef d’orchestre. Barenboim est un fervent militant de la paix au Proche-Orient, et le West Easter Divan Orchestra, orchestre israëlo-arabe, est une belle illustration de son engagement.

Piotr Tchaïkovski – Concerto pour violon – 1° mouvement

TchaikovskiAujourd’hui, le premier mouvement du concerto pour violon de Tchaïkovski, compositeur russe du XIX° siècle. Ce concerto romantique est réputé être très difficile à jouer, vous vous en rendrez peut-être compte à l’écoute…

Pour le contexte, c’est après son mariage malheureux avec Antonina Milukova que le compositeur a commencé a travailler ce concerto, ce qui en explique peut-être la teneur mélancolique…

Si vous avez été au cinéma voir  le film Le concert, vous reconnaîtrez sans difficulté ce morceau.

Franz Liszt – Liebestraum N°3

Pour inaugurer lamusiqueclassique.com, je vous propose de commencer avec ce morceau très connu de Franz Liszt: Liebestraum N°3 (signifiant rêve d’amour), interprété par l’un des plus grands pianistes et chefs d’orchestre du XX° siècle, Daniel Barenboim; Liszt est un compositeur romantique, ce qu’illustre bien ce morceau, troisième volet des Liebesträume.

Je vous laisse rêver :-)