Arvo Pärt – Sarah Was Ninety Years Old

Arvo PärtPar Erick  – Audituri Te Salutant!

Dans sa première version de 1977, Sarah Was Ninety Years Old est d’abord intitulée «Modus» par le compositeur, qui souhaite en dissimuler les enjeux aux autorités culturelles soviétiques, comme le rapporte le livret du CD édité par ECM en 1991 (Hillard Ensemble/Paul Hiller – avec Miserere et Festina Lente). L’enjeu tient dans le titre : trois anges annoncent à Sarah sa grossesse d’Isaac, alors qu’elle est âgée de 90 ans.

Dommage que Sarah Was Ninety Years Old soit moins souvent cité parmi les œuvres liturgiques célèbres d’Arvo Pärt, que Miserere, Litany, ou encore le Stabat Mater. Car cette pièce est tout à fait caractéristique de la rupture tintinnabulesque du compositeur amorcée un an auparavant avec Für Alina, l’épure de l’une la faisant résonner comme un pendant religieux de l’autre.

Il faut certes supporter l’ultra-minimalisme qui caractérise la majeure partie du morceau, soit 22 minutes (sur une durée totale de 25’30) d’une très lente exposition faisant se succéder percussions seules et chœur a capella.

Mais à la toute fin du morceau, l’effroi provoqué par l’irruption soudaine de l’orgue et des voix de sopranes (représentant peut-être l’annonciation dont il est question) récompense largement cette attente, et ravira les amateurs de musique minimaliste mystique.

Les plus courageux devraient cependant écouter la pièce dans son intégralité (disponible en trois parties sur YouTube – il s’agit ici de la troisième), tant l’effet final est savamment préparé par tout ce qui précède…

Arvo Pärt – Spiegel im Spiegel

Arvo Pärt est un compositeur estonien de musique contemporaine (et plus précisément minimaliste), né en 1935; il est connu pour avoir créé le style « tintinnabulum », s’inspirant du son des clochettes. C’est une musique mystique, très épurée.

Le morceau Spiegel im Spiegel (miroir dans le miroir) en est l’un des exemples les plus connus: le piano répète de nombreuses fois les trois notes composant l’accord parfait (celles avec lesquelles s’ouvre le morceau). Ce morceau est souvent utilisé dans des BO de films ou de documentaires.