Ole Olsen – Concerto pour trombone en Fa

Outre Grieg et Sibelius dont nous vous entretenons régulièrement, on n’entend guère parler des Nordiques, en musique classique… Pour corriger cette lacune, nous vous proposons de découvrir Ole Olsen, de nationalité norvégienne et contemporain de Grieg, qui a eu l’amusante idée de consacrer un concerto… pour le trombone ! Voilà qui est peu commun, quand on sait que le piano, le violon et le violoncelle « monopolisent » les places de solistes parmi tous les concertos existants… Mais qu’à cela ne tienne, le résultat n’en est pas moins convaincant. Qui plus est, force est de constater qu’on fait de belles choses avec un trombone, pourtant généralement classifié comme un instrument « bourrin » et monolithique, dont le rôle se cantonne le plus souvent à l’accompagnement. Mais que nenni: je vous encourage à écouter ce concerto pour vous refaire une idée sur les richesses que peut regorger un instrument de l’orchestre, si discret peut-il sembler !

Remarquez que le thème principal de ce concerto, joué dès les premières mesures et répété plutôt fréquemment, rappelle une fanfare militaire – quoi de plus adéquat lorsque vous avez affaire à un compositeur réputé pour écrire des oeuvres qui vous donneraient envie de vous mettre spontanément au garde-à-vous?

Edvard Grieg – Pièces Lyriques – Trolltog

Nous retrouvons Grieg en ce début de semaine ! Aujourd’hui nous vous livrons une de ses Pièces Lyriques, très intéressantes en ce qu’elles brassent les thèmes chers à l’identité norvégienne, notamment pour ce qui est des traditions champêtres, ou encore de la mythologie. Que les amateurs d’heroic fantasy se réjouissent : avec Trolltog, traduit par « Marche des Trolls » ou « Marche des Nains », ils retrouveront une ambiance type Seigneur des Anneaux ! On débute avec une basse obstinée, formée d’un « ré la » incessant qui mime le pas un peu lourd des nains qui reviennent sans doute de la mine après une journée de labeur. Puis, à 1:05, surprise : le calme et la sérénité fait suite à la mélodie un poil inquiétante. Ce second thème, calme et serein donc, fait miroiter une prairie verte, dans laquelle gambadent joyeusement des elfes (ennemis jurés des nains !), des majestueuses licornes, de splendides nymphes… Bref des jeunes gens beaux et insouciants, tout le contraire des trolls toujours affairés au physique un peu ingrat… Qu’à cela ne tienne, le thème inquiétant est répété comme pour signifier l’approche de cette horde déchaînée vers la paisible prairie, prête à massacrer ces pauvres Adonis et autres Psychés dénudés et pacifistes ! Mais le morceau ne semble pas nous dévoiler la suite, puisqu’il se conclut assez brutalement… Mais rien ne vous empêche d’imaginer une histoire à votre tour, partant de cette partition si originale !

Notre pianiste de ce soir s’appelle Mikhaïl Pletnev, chef d’orchestre célèbre pour ses enregistrements avec l’Orchestre national de Russie.