Robert Schumann – Kinderszenen – Am Kamin

Robert SchumannRetrouvons Robert Schumann avec ses Kinderszenen (scènes d’enfants). Nous vous avions déjà présenté Träumerei, sans doute la plus connue de toutes. Froid ambiant oblige, plaçons nous maintenant près de la cheminée, ou bien Am Kamin, auf Deutsch… En écoutant cette douce mélodie, interprétée ici par Vladimir Horowitz, difficile de s’imaginer qu’au moment de l’écriture de ce morceau, Robert était en proie aux plus vifs tourments, le père de Clara lui refusant toujours la main de sa fille…

Robert Schumann – Kinderszenen – Träumerei

Robert Schumann (1810-1856) est l’un des grands compositeurs de la période romantique, et sa vie, à l’image de sa musique, fut d’un romantisme passionné et sans limites… On pense à la paralysie de sa main droite, suite à l’invention d’un mécanisme censé augmenter sa dextérité, qui l’a en fin de compte poussé à abandonner sa carrière de pianiste pour celle de compositeur à temps plein… A l’histoire d’amour de sa vie avec Clara Wieck, fille de son professeur de jeunesse, qui deviendra sa femme après qu’ils eurent vaincu la résistance acharnée du père de celle-ci… Et à sa folie, sa tentative de suicide en se jetant dans le Rhin, qui l’amènera à passer les deux dernières années de sa vie dans un asile, où il continuera néanmoins à composer; il ne revit Clara, qui refusait de lui rendre visite, que sur son lit de mort… « Il me sourit, racontera-t-elle, et d’un grand effort m’enserra dans ses bras. Et je ne donnerais pas cette étreinte pour tous les trésors du monde »

Les Kinderszenen (scènes d’enfants) datent de l’époque où le père de Clara refusait la main de sa fille à Schumann. La scène intitulée Träumerei (Rêverie) est sans doute la plus connue des Kinderszenen. L’interprétation que je vous propose est encore celle du maître Vladimir Horowitz. J’aime beaucoup sa petite mimique à la fin, qui semble vouloir dire : « Et bien voilà, j’espère que ça vous a plu! »