Retour d’expérience: je suis allé voir Carmen à Tout Prix

Je profite de la tradition du Hors-jeu du vendredi soir pour partager sur l’expérience vécue vendredi dernier au théâtre Trévise à Paris. J’avais entendu parler de cette reprise de Carmen sous forme d’opérette comique via mon professeur d’accordéon qui y joue.

Harassé par une dure semaine de travail, je suis arrivé au théâtre plutôt énervé et crevé. Bien m’en a pris, tant je suis sorti détendu et revigoré par ce que j’y ai trouvé!

On ne présente plus Carmen, le splendide et sulfureux opéra de Georges Bizet, si bien qu’on pourrait penser en avoir fait le tour. Il est donc heureux que des artistes audacieux (comme Sophie Sara, auteur de Carmen à Tout Prix) s’en emparent pour broder dessus avec talent et espièglerie!

Comme vous le comprendrez dans la bande-annonce ci-dessous, le fil conducteur du script est efficace: un directeur d’opéra fait face à une grève générale et fait l’impossible pour que Carmen soit quand même interprété…

Le résultat est génial: on rit aux éclats, on tape des mains, et cette joyeuse troupe pleine d’auto-dérision fait passer un excellent moment au public!

Quant à moi, ce vaudeville désopilant m’a donné envie de réécouter l’original de Carmen. Allez, d’ailleurs, on remet une scène: « Près des remparts de Séville », interprétée par Elina Garanca qui est comme possédée par son rôle!

PS: Ce post n’est aucunement sponsorisé. Néanmoins, les représentations s’arrêtent fin février, donc dépêchez-vous si ça vous tente!

Le beau danube bleu à quatre mains

Danube bleuPar Olivier A – Audituri Te Salutant!
Vendredi, c’est hors-jeu. C’est donc tout naturellement que vous est proposé ce une-deux pianistique où les dix paires de doigts du duo Anderson & Roe se passent et se repassent pour notre délectation les notes d’un Johann Strauss augmenté, emballant les flots du Danube dans le tourbillon  insensé d’une vidéo merveilleusement réminiscente du kitsch d’un Claude  Lelouch débutant.
Cha-ba-da-ba-da!
Bonne année et valse folle à tous et à toutes.

Joyeux anniversaire ou Ravel, joué avec… n’importe quoi !

Mogees sur un arbre!Par Benoît – Audituri Te Salutant!

Aujourd’hui, c’est un hors-jeu techno-musico-magique.

Créé par Bruno Zamborlin, musicien et ancien chercheur à l’IRCAM, cet outil appelé « Mogees » permet tout simplement de transformer n’importe quel objet… en instrument de musique !

Un cockpit d’avion, un arbre, un lave-vaisselle, ou tout simplement une table, deviendront grâce à votre smartphone et votre imagination, une harpe, un piano, un xylophone ou une trompette.

Ce petit miracle est en vente depuis cette semaine. Nous venons de recevoir le nôtre aujourd’hui et n’avons pas pu résister à le tester dès l’ouverture !

En quelques minutes, nous avons joué du Ptit Yop, du Kub’Or, des cartes à jouer, du radiateur, de la Solutricine, du cendrier, de la clé USB, de la table, etc…

Nous ne sommes certes pas encore très doués, l’outil est extrêmement sensible aux vibrations et requiert pas mal de pratique, mais ça fonctionne ! :-)

Dans la foulée de nos 3 petits tests « maison », vous pourrez admirer quelques exemples bien plus professionnels de ce que cet outil musical peut ouvrir comme possibilités magiques !

http://mogees.co.uk/

PS: ce post n’est une fois de plus pas du tout sponsorisé, ça n’est que du plaisir !

Drones musiciens

Vendredi soir, il est temps de renouer avec la tradition des articles « hors-jeu », avec cette fois-ci des drones qui font de la musique! Au programme: Ainsi parlait Zarathoustra, la BO de Maman j’ai raté l’avion (« Carol of the bells »), et l’hymne national américain. On peut féliciter les talentueux créateurs de cette vidéo, laquelle a dû leur prendre un petit peu de temps!

Joyeux anniversaire – Misha Rachlevsky – Orchestre de Chambre du Kremlin

Vendredi, c’est hors-jeu ! Et en ce 27 février nous vous proposons l’écoute de variations de l’un des airs les plus connus au monde, chanté des millions de fois par jour à travers la planète.

A la baguette et à la direction de l’Orchestre de chambre du Kremlin: le chef d’orchestre russe Misha Rachelvsky. Cette vidéo a été enregistrée en 2001 dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou. Les oreilles averties reconnaîtront les styles propres de certains grands compositeurs, notamment de la période romantique !

Vanessa Mae – Happy Valley

Vanessa MaeRenouons ce soir avec notre tradition « hors-jeu » du vendredi soir: des articles en lien indirect avec la musique classique, qui sortent du style quotidien!

Connaissez-vous Vanessa Mae? Cette violoniste thaïlando-sino-britannique, née à Singapour, est une personnalité haute en couleurs. Interprète talentueuse du repértoire classique, elle fait néanmoins carrière en interprétant ce que bon lui semble. Pour elle, enchaîner Beethoven, une reprise des Beatles, puis une création personnelle ne pose guère de questions. Elle n’hésite pas non plus à jouer de ses charmes sur ses pochettes d’album! Pour l’anecdote, elle fut aussi la représentante de la Thaïlande en ski alpin aux jeux olympiques d’Hiver de Sotchi 2014!

Le morceau du jour a été joué lors de la cérémonie de réunification d’Hong-Kong avec la République Populaire de Chine. En ces jours de nouvel an chinois, voici donc un hors-jeu plein d’à-propos :)

Cette réunification inspirait de la peur à de nombreux habitants d’Hong-Kong. Le Parti Communiste Chinois avait donc promis à la prospère île qu’elle conserverait une forme d’autonomie. Cette ambition était résumée en une formule choc: Un pays, deux systèmes.

Ce morceau illustre assez bien ce slogan. En effet, le violon joue des mélodies plutôt occidentales, alors que le choeur de femmes chinoises chante (admirablement) des airs bien plus orientaux. Le mélange des deux produit un effet détonant… et ma foi très réussi!

Bonne soirée à toutes et à tous!