Joseph Haydn – Sonate pour piano n°50 – 1er mouvement (Allegro)

Joseph HaydnPetite plongée dans le classicisme le plus pur ce soir avec un des maîtres du genre, l’autrichien Joseph Haydn. Souvent dans l’ombre de Mozart et de Beethoven (qu’il connut et soutint tous deux), il n’en fut pas moins un compositeur important de son temps, donc l’influence a été décisive sur la musique en Europe.

Le morceau du jour est un exemple de son talent. Difficile, quand on ne le sait pas déjà, de deviner si c’est de lui, de Wolfgang ou de Ludwig.

L’interprétation choisie est du néerlandais Ronald Brautigam, qui a visiblement choisi de souligner le côté entraînant et dynamique de cette sonate :)

Joseph Haydn – Symphonie n°6 « Le Matin » – 1er mouvement

Un peu de Haydn en ce jeudi soir…

Nous sommes en 1761 et Haydn vient de rejoindre la Cour du Prince hongrois Nikolaus Eszterhazy, et veut bien se faire voir de cette dernière éminence dans l’espoir de garder sa place un petit bout de temps. Au printemps de cette même année, il composa sa 6e symphonie dont il reprend des traits du concerto grosso, très en vogue depuis Vivaldi et Albinoni. Grâce à cette forme particulière, il a l’opportunité de faire jouer des solos de flûte et de cors, très rares à l’époque. Cela eut pour effet de plaire au Prince et de prolonger les séjours des musiciens de Haydn au sein de la Cour des Eszterhazy…

Les Symphonies 6, 7 et 8 ayant toutes été composées en hommage au concerto grosso, et comme en ce premier mouvement de la 6e Symphonie le début (un exemple de canon) sonne comme un magnifique lever de soleil, le surnom de ces morceaux fut tout trouvé : à la Symphonie 6 le « matin », la 7 le « midi » et la 8 le « soir ».

Donc, pour vous mettre plus dans l’ambiance, voilà un morceau à écouter demain au réveil ;)

Joseph Haydn – Symphonie N°100 « Militaire  » – 3° mouvement

HaydnRetrouvons ce soir le joyeux Haydn, grand maître de la période classique et annonciateur de Mozart, avec le troisième mouvement de sa symphonie militaire (nom trouvant sa source dans importante percussion dont il est fait usage dans le deuxième mouvement).

C’est une musique gaie et rafraîchissante, comme souvent avec Haydn… et que je trouve appropriée au retour du printemps sur notre pays (il était temps!)

Bonne soirée à toutes et à tous!

 

Joseph Haydn – Quatuor à cordes op.64,n°5, 4e mouvement : Finale vivace – « L’alouette »

Joseph HaydnParmi toutes les œuvres que l’on doit à Haydn, un des compositeurs les plus connus de la période classique, on compte 66 quatuors à cordes. C’est donc à juste titre que l’on qualifie souvent ce génie de la musique de « père du quatuor à cordes». Mozart lui-même admirait sans doute son contemporain Haydn pour ces oeuvres, puisqu’il lui a dédié une large partie de ses quatuors. Ce genre musical est une formation majeure de la musique de chambre, et se fonde sur l’équilibre de quatre voix indépendantes, égales en importance mais fortement imbriquées : on reconnait d’ailleurs à l’écoute du morceau la partition du 1er et du 2e violon, de l’alto et du violoncelle.

Le surnom « L’Alouette » que l’on attribue généralement au morceau que nous vous présentons aujourd’hui n’est pas de Haydn lui-même, mais il fait référence aux notes aiguës dans lesquelles s’élance le premier violon dans le premier mouvement du quatuor.

Joseph Haydn – Missa in Tempore Belli – Kyrie Eleison

HaydnIl y a trois semaines, nous vous présentions le Kyrie de la Messe du Couronnement de Mozart. Ce soir, nous vous proposons d’écouter le délicieux Kyrie de la Missa in Tempore Belli de son maître et ami Joseph Haydn. Pourquoi une « Messe en temps de guerre »? Cette messe a été composée en 1796, alors qu’une grande majorité de l’Autriche était mobilisée pour partir en guerre contre la France révolutionnaire…

La première fois que l’on entend ce Kyrie, on est frappé par l’arrivée de la soliste (à 1:52 ici), qui apporte un vent de fraîcheur!=

Joseph Haydn – Concerto en do Majeur – Allegro moderato

Après vous avoir présenté récemment une sonate pour piano de Beethoven, nous vous proposons l’écoute du premier mouvement du concerto pour violon en do Majeur de son maître Joseph Haydn, composé aux alentours de 1765.

Nous vous proposons ici une interprétation du violoniste Gil Shaham, avec l’Orchestre Philarmonique d’Israël dirigé par Dan Ettinger, ici également au clavecin, comme c’était le cas à l’époque!

A nos lecteurs qui trouvent que nous privilégions jusqu’à présent les oeuvres de Mozart sur ce site par rapport à d’autres compositeurs de son époque, je dis: Admirez ici la créativité de son ami Haydn et la virtuosité du violoniste! Mais je leur laisse également méditer ces quelques mots de Haydn: « Si je pouvais imprimer dans l’âme de chaque amateur de musique, et principalement dans celle des grands de ce monde, ce que je ressens devant les inimitables travaux de Mozart, les nations rivaliseraient pour posséder un tel joyau dans leurs murs ».