Mikhail Glinka – L’alouette

GlinkaVoici une courte pièce intitulée l’Alouette, écrite par Mikhail Glinka (1804-1857), compositeur russe de la période romantique dont nous vous avions présenté deux morceaux dans des styles bien différents : l’énergique ouverture de son opéra Roussan et Ludmilla, et la très calme Cherubim Song.

La version de l’Alouette que nous vous proposons d’écouter est une transcription pour piano du morceau original, par le compositeur russe Mili Balakirev. On imagine aisément pépier l’oiseau à l’écoute de ce morceau, notamment à travers les nombreux trilles…

Et pour rester en Russie, c’est le pianiste Evgeny Kissin qui est ici au piano.

Mikhaïl Glinka – Rouslan et Ludmilla – Ouverture

GlinkaMikhaïl Glinka (1894-1857) est un compositeur russe de la période romantique, inspirateur du groupe des cinq (Balakirev, Rimski-Korsakov, Borodine, Moussorgski, Cui). Nous vous avions déjà fait écouter un morceau très calme de Glinka, la Cherubim Song.
L’ouverture de son opéra Rouslan et Ludmila se situe à l’opposé, vous allez vous en rendre compte! L’histoire de cet opéra, tiré d’un poème de Pouchkine, est assez simple: la belle Ludmilla est enlevée par le méchant magicien Chernomor (plus précisément, deux monstres à son service…) sous les yeux de son tout nouveau mari Rouslan, durant le banquet célébrant leur union… Celui-ci va donc partir à sa recherche.

Valery Gergiev, actuel chef d’orchestre principal du London Symphony Orchestra, est ici à la baguette.

Mikhaïl Glinka – Cherubim Song

On a déjà évoqué ici le Groupe des Cinq, lors de la présentation du Vol du Bourdon de Rimski-Korsakov. Ces cinq compositeurs russes de la seconde moitié du XIXème siècle représentaient en un sens le mouvement romantique nationaliste russe à l’époque. Ils eurent pour inspirateur et modèle le grand compositeur Mikhaïl Glinka (1804-1857), considéré comme le fondateur de l’École russe et dont la musique a très souvent une dimension dramatique et profonde. C’est justement pour illustrer la profondeur sublime de son œuvre que j’ai choisi aujourd’hui de vous proposer l’écoute de son « Cherubim Song », que l’on pourrait traduire par « Cantique des chérubins ».

Pour l’anecdote, Boris Eltsine avait choisi la Chanson Patriotique, adaptation d’une pièce pour piano de Glinka, comme hymne national de la Fédération socialiste fédérative soviétique de Russie en 1990!