Gabriel Fauré – Barcarolle N°1

Gabriel FauréGabriel Fauré, compositeur français de la période romantique, a composé un cycle de 13 barcarolles pour piano tout au long de sa vie – morceaux dont le nom trouve sa source chez les gondoles véniciennes. Nous vous avions déjà présentées des barcarolles d’autres compositeurs, dont la plus célèbre est sans doute la barcarolle des contes d’Hoffman, d’Offenbach.

Le morceau que nous vous proposons d’écouter ce soir, la première de ses barcarolles, est délicat et complexe : la mélodie est tantôt dans les graves, tantôt dans les aigus, et tantôt encore dans le registre du milieu (avec des harpèges dans les aigus, qu’on entend bien à partir de 1:25). On se laisse entraîner par ces différentes mélodies, comme sur les eaux de la Sérénissime…

Gabriel Fauré – Suite Dolly – Berceuse

Gabriel FauréVous connaissez déjà Gabriel Fauré, immense compositeur romantique français de la fin du XIX° siècle, et élève de Saint-Saëns. Mais c’est la première fois que nous vous présentons la suite Dolly, qui est un ensemble de 6 courtes pièces pour piano à 4 mains. Dolly était la fille d’Emma Bardac, avec qui Fauré eut une liaison. Emma, qui était déjà mariée, finira par divorcer, mais pour épouser… Claude Debussy, plusieurs années après sa passion pour Fauré.

Nous commençons par le commencement, avec la berceuse qui est la première des 6 pièces, composée pour l’anniversaire de Dolly (de son vrai nom Hélène) qui avait alors un an. Comme souvent avec les berceuses, il y a un thème lancinant magnifique, et une mélodie plus variée dans les aigus.

Idéal à écouter avant d’aller se coucher! Et pour ceux qui aimeraient retrouver d’autres berceuses, cliquez sur Chopin, Brahms et Godard… Bonne nuit…

Gabriel Fauré – Au bord de l’eau

Ce soir, une pièce pour piano et voix qui pourrait servir de berceuse, parfaite pour s’endormir en tout cas. Des paroles belles et romantiques, et une mélodie digne de Fauré, spécialiste en la matière. Une musique de plus que l’on peut écouter en boucle en rêvant d’amour et d’eau fraîche !

Voici une interprétation du célèbre chanteur classique françairs : Gérard Souzay.

Bonne nuit :)

Gabriel Fauré – Elégie pour violoncelle et piano

Le « maître de la mélodie française » : voilà un titre qui sied bien à Fauré, tant son oeuvre est parsemée ci et là de mélodies inoubliables, qui chuchotent à l’oreille de l’auditeur et chatouillent son intimité. Par cet article, vous en avez encore la preuve : cette Elégie est, au même titre que la fameuse Sicilienne, l’une pierres angulaires qui ont participé à forger la renommée de Fauré tant elle est jouée de nos jours. Le violoncelle, à nouveau, remplit magnifiquement bien son rôle en impulsant une phrase longue et langoureuse imitant la lamentation à laquelle le titre fait clairement écho. Vous remarquerez que le style qu’emploie Fauré reste proche de la veine du classicisme : normal, cette oeuvre survient au début de sa carrière, quand ses maîtres à penser s’appelaient encore Haydn, ou Mendelssohn. Vous découvrirez bientôt que Fauré a su, cependant, se maintenir avec son temps : l’époque moderne du début du XXe siècle poindra bientôt son nez, et l’oeuvre de Fauré évoluera en conséquence…

Gabriel Fauré – Romance sans paroles – Op. 17 n°1

Romance sans paroles. En entendant ces mots, on pense à Verlaine qui, lui-même s’inspire du titre de Mendelssohn pour rédiger son recueil de poèmes. Et pourtant, Fauré est bien, lui aussi, l’auteur d’une romance sans parole. Et je dois dire qu’elle n’a pas à rougir devant celles de Felix Mendelssohn.

Avec sa romance, Fauré nous prouve une fois de plus qu’il était de ces compositeurs passés maîtres dans l’art de la mélodie. Celle qu’on retient dès la première écoute, et dont on ne se lasse pas. Celle de sa Sicilienne ou de Pavane. Celles qui font aimer la Flûte Enchantée aux « opéraphobes ». Ces mélodies sont peut-être le trait de génie qui a manqué à d’autres? Pourtant, un compositeur comme Rachmaninov, n’est pas connu pour ses mélodies. De là à dire qu’il aurait moins de génie que Fauré…Personnellement, j’ai mes doutes ! À chacun sa réponse, je crois !

Bonne écoute ! :)

Gabriel Fauré – Requiem – Pie Jesu

Gabriel Fauré » Mon Requiem, on a dit qu’il n’exprimait pas l’effroi de la mort, quelqu’un l’a appelé une berceuse de la mort. Mais c’est ainsi que je sens la mort : comme une délivrance heureuse, une aspiration au bonheur d’au-delà, plutôt que comme un passage douloureux… » C’est ainsi que Gabriel Fauré évoque l’une de ses oeuvres principales, que nous avions déjà commencé à vous présenter en commençant par la fin, le In Paradisum.

Le chant apaisant du « Pie Jesu » est une bonne illustration de cette « berceuse de la mort », notamment dans cette version chantée par Cecilia Bartoli.

Enfin, les paroles sont relativement simples:

Pie Jesu Domine,
Dona eis requiem sempiternam