Claude Debussy – Children’s Corner – Golliwogg’s Cakewalk

Décidément, être la progéniture du plus grand compositeur français n’est pas chose facile! … à en juger par les morceaux de Children’s Corner, que Debussy a composés à l’adresse de sa fille Claude-Emma en 1908.

Avec le « Docteur Gradus ad Parnassum« , « Golliwogg’s Cakewalk » est certainement la pièce la plus connue de cette suite aux mille références à l’enfance. Un « Golliwogg » est en fait une poupée noire en étoffe, aux cheveux ébouriffés, portant un pantalon et un noeud pap’ rouges et à l’allure grotesque : un jouet aux connotations racistes, mais néanmoins très populaire à l’époque, ayant sans doute appartenu à Claude-Emma.

Entraînante, exaltante, « Golliwogg’s » est la preuve que Debussy s’inscrit bien dans son temps et dans la modernité : le rythme du Cake-Walk (une danse noire américaine) rappelle le ragtime, dont le compositeur a sûrement voulu saluer l’innovation musicale. Ce n’est pas tout : conscient que le Cake-Walk était souvent dansé par les esclaves pour parodier les danses aristocratiques de leurs maîtres, Debussy instaure une petite référence (1:17) à un célèbre thème wagnérien qu’on entend dans Tristan et Iseult, en jouant la corde de la dissonance pour mimer l’effet de la parodie.

Le rythme en syncope de ce morceau fait enfin penser à un banjo qui accompagne gaiement les déhanchements de cette poupée de chiffon. Il existe une version où Debussy joue lui-même cette pièce sur Youtube.

Claude Debussy – Children’s Corner Suite – Doctor Gradus ad Parnassum

Un billet de 20 Francs avec Claude DebussyCher auditeur-lecteur, sois le bienvenu dans l’univers génial du Children’s Corner. Les morceaux de cette suite de Claude Debussy dédiée à sa fille de 3 ans forment un ensemble original, dans lequel le génie français semble s’amuser! En témoigne le titre du premier morceau de la suite, que nous vous présentons aujourd’hui.  Ce titre est une moquerie faite à tous les Gradus ad Parnassum de l’histoire: ce sont des livres de méthode artistique visant à faire atteindre l’excellence (en latin, cela signifie « La Montée au Parnasse » qui est la montagne des muses…). Debussy visait certainement celui de Muzio Clementi.

 » À ma très chère Chouchou… avec les tendres excuses de son père pour ce qui va suivre. » Sur ces mots de Papa Claude, place à la musique…