Johann Sebastian Bach – Cantate BWV 31 – « Der Himmel Lacht, Die Erde Jubilieret »

Aujourd’hui jour de Pâques, nous vous proposons l’écoute d’une superbe cantate de Bach composée spécialement pour ce jour il y a près de 300 ans à Weimar! Il faut savoir que Bach composait ses cantates les unes à la suite des autres (facile pour lui) et celles-ci rythmaient l’année liturgique. Souvent d’ailleurs, ses cantates n’étaient jouées qu’à une seule occasion! Elles ont été bien sûr redécouvertes et font aujourd’hui partie du répertoire classique de la musique sacrée.

Joyeuses Pâques!

Johann Sebastian Bach – Cantate 82a – Ich habe genug

Bach a composé cette cantate « Ich habe genug » (Je suis comblé), en 1727 à Leipzig à l’occasion de la commémoration de la Présentation de Jésus au Temple. La pièce a été écrite à l’origine en do mineur pour un hautbois soliste et une voix de basse. La version que nous vous proposons ici a été transposée en mi mineur, le hautbois remplacé par une flûte, et la voix de basse interprétée par la soprane Natalie Dessay.

Nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter des cantates de Bach, et ce n’est pas fini puisqu’il en a composé plus de 250…

Johann Sebastian Bach – Cantate 208 « de la chasse »

La cantate 208 de Jean-Sébastien Bach (1685-1750) intitulée « Was mir behagt is nur die muntre Jagd » (« Ce qui me plaît, c’est la chasse joyeuse ») est composée de 15 mouvements, et nous vous proposons aujourd’hui d’écouter le plus célèbre d’entre eux, l’aria « Schafe können sicher weiden » (« Les moutons peuvent paître en paix »)

Un peu de vocabulaire: une cantate est une pièce musicale vocale et instrumentale, composée de plusieurs morceaux; les cantates sont très prisées à l’époque baroque.
Une aria est à l’origine un air mélodique, souvent chanté (mais pas toujours, comme ici); maintenant, on l’emploie pour désigner un morceau pour une voix, accompagné d’un orchestre – particulièrement en opéra.

A l’époque de Bach, une aria était souvent déclinée de façon ternaire: thèmes A/B/A. Voilà ici ce que ça donne:

0:00: thème A (joué par les flûtes)
1:35: thème B: reprise de la mélodie en mode mineur à partir de 2:00
3:12: retour du thème A

Par moments (0:30 à 0:40 par exemple), il vous semblera peut-être reconnaître le fameux air chrétien  de Noël « Adeste Fideles » (Peuple Fidèle, en français). On ne connaît pas l’auteur de cet air – qui est traditionnellement attribué à Saint Bonaventureau – et je n’ai nulle part trouvé d’allusion à Bach… cette ressemblance est sans doute purement fortuite!

Trêve de mots, je vous laisse profiter de la douce musique de Bach…

Johann Sebastian Bach – Cantate 147 – Jésus que ma joie demeure

Si Mozart (1756-1791)  porte l’image de l’enfant prodige, Bach (1685-1750) symbolise quant à lui la figure du père. Père de 20 enfants d’abord, dont plusieurs devinrent compositeurs eux-mêmes. Mais il assume surtout une part importante de la paternité de toute la musique occidentale après lui, ayant touché avec génie et de façon prolifique à divers styles. C’est avec lui que la musique baroque atteint son apogée.

Pour cette introduction à Bach, nous vous proposons l’écoute du dixième mouvement de la cantate 147.