Giuseppe Verdi – La Traviata – Addio del passato

Maria CallasEn ce jour anniversaire des 90 ans de la naissance de Maria Callas, nous vous proposons d’écouter un « grand classique », l’aria finale de Violetta, dans l’opéra La Traviata, un rôle qui collait à la peau de la cantatrice… Dans cet aria, Violetta, malade, se meurt sans avoir revu son Alfredo…

Si ce morceau ne vous arrache pas quelques larmes…

Gioachino Rossini – Le barbier de Séville – Una voce poco fa

RossiniRetour à Rossini et son célèbre barbier de Séville! Dans cet air, la belle Rosina chante son amour pour Lindor (le comte Almaviva, en réalité), et sa détresse de ne pas pouvoir échapper à son tuteur.

C’est la Callas qui interprète ici le rôle de Rosina. En substance, voilà ce qu’elle dit : Lindor a ravi mon coeur, il sera mien, je le jure, je le vaincrai (« Lo giurai, lo vincero! »), et j’arriverai à passer outre mon tuteur qui voudra m’empêcher cet amour (première partie, jusqu’à 2:45) ; je suis docile, respectueuse, obéissante, mais en revanche, si l’on va contre ma volonté, je réagis comme une vipère! (deuxième partie)

Camille Saint-Saëns – Samson et Dalila – Mon coeur s’ouvre à ta voix

Samson et DalidaLe morceau de ce soir est tiré de l’opéra Samson et Dalila de Saint-Saëns, dont l’histoire est inspirée d’un épisode de la Bible; au moment du morceau qui nous intéresse, la belle Dalila achève de séduire le puissant Samson, afin de lui faire avouer le secret de sa force prodigieuse (qui s’avère être la longueur de ses cheveux… ). Après un air si beau, on imagine difficilement comment Samson aurait pu refuser de se livrer à Dalila ;-)

« Mon coeur s’ouvre à ta voix » est ici interprété par Maria Callas.

Terminons avec un petit clin d’oeil pour les amateurs du groupe de rock Muse, puisque ce morceau a été très largement repris dans la deuxième partie de la chanson « I belong to you « , dans l’album Resistance.

Giacomo Puccini – Gianni Schicchi – O mio babbino caro

Maria CallasLe morceau de ce soir est tiré de l’opéra Gianni Schicchi de Giacomo Puccini. Il s’agit d’un air chanté par une fille à son père, le suppliant de sauver l’amour qu’elle porte à son bien-aimé, qui vient d’une famille avec laquelle la sienne n’est pas en très bons termes… Vous vous en doutez, après un si bel air, le père n’a pas pu refuser la requête de sa fille… O mio babbino caro (ô, mon cher papa) est ici magnifiquement interprété par Maria Callas.

Giaccomo Puccini – Tosca – Vissi d’Arte

Maria CallasNous avons choisi pour aujourd’hui un monument de la musique classique: l’air Vissi d’Arte, tiré de l’opéra Tosca de Puccini (1858-1924). L’histoire de Tosca, dont l’action se déroule à Rome en 1800, est la suivante: le peintre Cavaradossi, amant de la cantatrice Tosca, cache chez lui un bandit récemment évadé. Scarpia, le chef de la police secrète, va rencontrer Tosca, et jouer sur la jalousie de celle-ci pour découvrir la planque. Finalement, Cavaradossi est découvert, emprisonné, et condamné à mort (le bandit qu’il cachait sera retrouvé plus tard, et se suicidera). Devant les pleurs de Tosca, Scarpia lui propose un marché: elle se donne à lui pour une nuit, et son amant subit un simulacre d’exécution à coup de balles à blanc. Elle accepte, en demandant en plus un sauf-conduit pour elle et son amant… Une fois celui-ci en main, elle tue Scarpia. Juste avant l’exécution, elle avertit son amant, et lui dit de jouer la comédie devant le peloton d’exécution. Le peintre tombe si bien que Tosca admire son jeu d’acteur… Mais quand les soldats se retirent, elle se rend compte de la félonie de Scarpia, qui n’avait jamais donné la consigne de tirer à blanc… Désespérée, elle se précipite dans le Tibre du haut du Château Saint Ange.

Maria Callas, qui a marqué le rôle de Tosca par son interprétation légendaire, chante ici l’air Vissi d’Arte (j’ai vécu d’Art), qui intervient juste après que Scarpia lui a proposé son triste marché.