Benjamin Britten – A New Year Carol

Benjamin BrittenChères amies, chers amis, à mon tour de vous souhaiter une excellente année 2015, en compagnie de Benjamin Britten. Le génial compositeur britannique nous a légué quelques Carols, comme This Little Babe que nous vous avions déjà présenté.

Aujourd’hui, je vous propose de vous mettre dans un endroit calme et de profiter des notes si douces et pleines d’espoir de ce Carol du nouvel an.

Notez l’utilisation simple à l’extrême que Britten fait de la harpe. Quelques accords répétés lentement qui créent une athmosphère méditative et aérienne…

Et en dessous, je vous mets les paroles, en version originale.Quelle poésie et, en même temps, quelle simplicité désarmante dans ces mots!

Here we bring new water from the well so clear,

For to worship God with, this happy New Year.

Sing levy-dew, sing levy-dew, the water and the wine,

The seven bright gold wires and the bugles that do shine.

Sing reign of Fair Maid, with gold upon her toe;

Open you the West Door and turn the Old Year go.

Sing levy-dew, sing levy-dew, the water and the wine,

The seven bright gold wires and the bugles that do shine.

Sing reign of Fair Maid, with gold upon her chin;

Open you the East Door and let the New Year in.

Sing levy-dew, sing levy-dew, the water and the wine,

The seven bright gold wires and the bugles that do shine.

Benjamin Britten – Peter Grimes

2013 est certes l’année de Wagner et de Verdi, mais on oublie trop souvent que Benjamin Britten fête aussi son centenaire cette année. Quand même, il fallait bien faire honneur au plus grand compositeur britannique du XXe siècle !

Britten connut un grand succès avec son opéra Peter Grimes, créé en 1945, qui signa le renouveau de l’opéra anglais, digne de rivaliser avec les plus grands opéras italiens. L’argument met en scène un héros tragique, pourchassé par la vindicte populaire : Peter Grimes est un marin-pêcheur qu’on accuse d’avoir entraîné la mort de son jeune mousse. Incompris et rejeté par les habitants d’un petit village du Suffolk, Grimes tente tant bien que mal de fuir cette horde de villageois convaincus de sa culpabilité.

Ci-dessous, le prologue de ce très bel opéra, où vous pouvez entendre toute la modernité de la musique du compositeur, ainsi que la beauté du livret. Aux alentours de la 11e minute, vous entendrez le premier interlude musical (partie instrumentale non chantée), intitulé « Dawn » (« Aube »).

D’ici le mois de novembre (mois de la naissance de Britten), nous tâcherons de vous faire découvrir cet opéra dans son intégralité. En attendant, bonne écoute !

PS : Si vous désirez écouter l’interlude en entier, dirigé par Bernstein, cliquer ici.

Benjamin Britten – The Young’s Person Guide to the Orchestra

Benjamin BrittenNous vous avions déjà présenté Benjamin Britten, peut-être le plus grand compositeur anglais depuis Henry Purcell.

Le morceau suivant a été écrit en 1946 dans le but de faire découvrir les instruments de l’orchestre aux enfants. On est donc très proche de ce qu’avait fait Prokofiev en U.R.S.S avec Pierre et le Loup!

Le thème principal est tiré du Rondeau D’Abdelazor d’Henry Purcell, justement. Si vous reconnaissez ce thème, c’est peut-être que vous l’avez entendu dans le récent film Orgueil et Préjugés… Ensuite Britten, écrit des variations et fait jouer les bois, les cuivres, les cordes, les percussions…

Je suis d’ailleurs reconnaissant au Youtube Symphony Orchestra, magnifique exemple de création collaborative sur internet, d’avoir mis en ligne cette vidéo :)

This Little Babe – Benjamin Britten

Jesus Is BornDécouvrons aujourd’hui les Christmas Carols de Benjamin Britten (1913-1976). Ce musicien anglais , parfois considéré comme le plus grand compositeur classique depuis Henry Purcell, a marqué le XX° siècle de son empreinte. Il a pris ses distances avec les compositeurs de musique atonale, tout en étant bien sûr influencé par eux.

Je trouve ce morceau particulièrement plein d’espoir, et de joie. On a l’impression d’entendre des anges chanter! Les paroles (que j’ai mises plus bas) sont très évocatrices et d’une grande poésie. Je n’ai pas trouvé de traduction et ne me sens guère de taille à en faire une correcte, donc pour ceux qui ont la version française ou qui sont « très bilingues » (amazing!), les commentaires sont faits pour ça!

J’espère que cela vous donnera envie de découvrir un peu plus Benjamin Britten et que vous avez passé un joyeux Noël :)

This little Babe so few days old,
Is come to rifle Satan’s fold;
All hell doth at his presence quake,
Though he himself for cold do shake;
For in this weak unarmed wise
The gates of hell he will surprise.

With tears he fights and wins the field,
His naked breast stands for a shield;
His battering shot are babish cries,
His arrows made of weeping eyes,
His martial ensigns cold and need,
And feeble flesh his warrior’s steed.

His camp is pitched in a stall,
His bulwark but a broken wall;
The crib his trench, haystalks his stakes,
Of shepherds he his muster makes;
And thus as sure his foe to wound,
The Angels’ trumps alarum sound.

My soul with Christ join thou in fight,
Stick to the tents that he hath pight;
Within his crib is surest ward,
This little Babe will be thy guard;
If thou wilt foil thy foes with joy,
Then flit not from this heavenly boy.

Benjamin Britten – Young Apollo

Benjamin BrittenDécouvrons une musique très  moderne (cela faisait longtemps!) et dynamique aujourd’hui, avec le morceau Young Apollo, du compositeur anglais Benjamin Britten (1913-1976). Il s’agit d’une oeuvre pour piano, quatuor à cordes et orchestre, qui lui fut commandée par la Canadian Broadcasting Corporation en 1939. Le morceau ne fut joué qu’une fois du vivant de Britten, qui décida de la retirer de son catalogue ensuite…