Johannes Brahms – Ouverture pour une fête académique

Johannes BrahmsUn peu de majesté ce soir avec Johannes Brahms et cette Ouverture pour une fête académique, écrite en remerciement pour sa nomination comme docteur honoris causa à l’université de Breslau. Il avait d’abord pensé à remercier l’université par un petit mot, mais un de ses amis lui ayant fait remarquer que de sa part, c’était peut-être un peu juste, le compositeur a finalement décidé d’écrire cette ouverture. Il s’est un peu amusé, en récupérant notamment des chansons étudiantes, comme « Wir hatten gebauet ein Stattliches Haus« , qu’on entend ici à partir de 1:43, et en les transcrivant pour orchestre symphonique.

Voici l’orchestre de Paris, dirigé par Paavo Järvi.

Johannes Brahms – Concerto pour piano N°2 – 1° mouvement « Allegro ma non troppo »

Johannes BrahmsAprès vous en avoir présenté le deuxième et le troisième mouvement, il était temps de vous faire écouter le premier mouvement du concerto pour piano N°2 de Brahms.

A la différence du concerto pour piano N°1 de Brahms, qui débute dans un fracas monumental et met beaucoup de temps avant de voir apparaître le piano, ce concerto s’ouvre sur le son doux et majestueux des cors, présentant le thème principal, avant de laisser très rapidement la place au piano.

Voici une version avec Maurizio Pollini au piano et Claudio Abbado à la baguette. Le premier mouvement se termine à 17:30, mais libre à vous d’écouter les suivants dans la foulée :-)

Johannes Brahms – Concerto pour piano N°1– 2° mouvement Adagio

Johannes BrahmsAprès vous avoir présenté le premier mouvement du premier concerto pour piano de Brahms, voici venu le temps de vous présenter le deuxième, le mouvement lent! Un mouvement empreint de tristesse et de dignité… En l’écoutant, on a du mal à comprendre le très mauvais accueil qui fut fait à ce concerto…

Le voici interprété par le grand pianiste italien Maurizio Pollini. Faites de beaux rêves :-)

Johannes Brahms – Concerto pour violon en Ré majeur – 2° mouvement

Johannes BrahmsJe suis pris ce soir d’une double stupeur : d’abord, parce que je me rends compte que nous avons oublié de publier un article hier soir! Ensuite, et j’espère que ce deuxième étonnement nous aidera à nous faire pardonner l’objet du premier, parce que je me suis rendu compte que nous ne vous avions toujours pas présenté le deuxième mouvement du concerto pour Violon de Brahms!

C’est donc réparé ce soir, avec cette très belle interprétation d’Itzhak Perlman au violon…

Et pour vous réveiller si vous vous êtes endormis à l’écoute de cet adagio, allez donc écouter le troisième mouvement !

Johannes Brahms – Symphonie 4 – 4e mouvement « Allegro energico e passionato »

Revoyons aujourd’hui une sommité de la musique romantique, j’ai nommé Johannes Brahms, le fougueux et poignant compositeur allemand, élève de Schumann, à l’origine de nombreuses pépites que nous avons déjà bien entamés depuis la naissance de ce blog fin 2010. Attardons-nous donc sur sa 4e et ultime symphonie, qui certes a connu un accueil mitigé à ses débuts, mais qui n’en demeure pas moins un modèle d’orchestration et de composition.

Dans ce Final, Brahms démontre à nouveau sa grande culture musicologique, puisque cet ultime mouvement est écrit comme une passacaille, qui est une forme dansée extrêmement prisée à l’époque baroque, mais dont la popularité s’est effritée à l’époque romantique. Rigoureux, Brahms en respecte les règles et sa maîtrise est exemplaire : il rend hommage à Bach en introduisant le thème du final de « Nach dir, Herr, verlanget mich » (BWV 150) et réalise plus de soixante variations pour agrémenter l’écriture contrapuntique qui caractérise ce mouvement. On pourrait craindre qu’en rendant hommages à ses aînés baroques, Brahms renonce au tempérament fougueux qui caractérise sa musique…Mais que nenni ! L’intensité dramatique des cadences demeure bien ancrée et le style propre et carré, qui est certes perceptible au milieu du morceau, ne reste pas bien longtemps…

Du grand Brahms, dirigé par Herbert von Karajan, qui conclura votre semaine avec toute la passion que cet ultime mouvement symphonique saura vous procurer….

Johannes Brahms – Concerto pour piano N°2 – 3° mouvement « Andante »

Johannes BrahmsAprès vous en avoir présenté le vigoureux deuxième mouvement, voici ce soir le troisième mouvement du concerto pour piano N°2 de Brahms, bien plus apaisé…

La voie du piano est ici préparée par le violoncelle et ses accents langoureux, violoncelle qui réapparaîtra à la fin du mouvement. J’aime beaucoup la poésie de ce morceau, et l’atmosphère quasi mystique qui s’en dégage, culminant aux alentours de 8 minutes ici…

C’est le grand pianiste russe Sviatoslav Richter que vous entendrez nous livrer une interprétation que je trouve très réussie…

Bonne soirée à tous!

Johannes Brahms – 16 Valses op.39 – N°15

Je n’arrive toujours pas à croire que l’on ait délaissé Brahms depuis juin dernier… Tout de même, un si grand nom dans l’histoire de la musique mérite qu’on y accorde plus d’attention ! Surtout que d’un point de vue musicologique, l’oeuvre brahmsienne est beaucoup plus intellectuelle qu’on peut le croire… Mais aujourd’hui, on est en hiver, c’est le week-end, tout le monde se remet à peine de son dîner de Réveillon qu’il faut à nouveau remettre ça dans deux jours, donc j’imagine qu’un long article sur le dernier mouvement de la 4e symphonie n’intéressera pas grand monde :P

C’est pourquoi nous vous offrons un très joli morceau, en guise de friandise à savourer au coin du feu, tout en vous balançant sur votre chaise à bascule… Cette valse est la pénultième des 16 composées pour piano à 4 mains, c’est aussi la plus célèbre, si bien qu’elle a littéralement connu une « vie » à part entière. Elle a fait l’objet de nombreuses transpositions, celle pour piano seul (2 mains, donc) étant très souvent jouée lors des rappels de concerts. Quel contraste, n’est-ce pas, de voir que l’oeuvre de Brahms oscille entre le très grandiose (voir l‘Allegro appassionato du 2nd concerto pour piano) et l’ultra-délicat comme avec cette valse?

Normalement, l’exécution de ce morceau ne dépasse pas 2 minutes, mais pour faire durer le plaisir, nous vous offrons la version pour orchestre de chambre, en espérant qu’elle vous plaise! Sinon, vous avez toujours la version de Kissin au piano qui est tout aussi agréable : http://www.youtube.com/watch?v=oy6uV-eMOEs