Georges Bizet – Les pêcheurs de perles – Je crois entendre encore

Vous connaissez probablement Georges Bizet grâce à son chef d’oeuvre, l’opéra Carmen. Mais l’air d’aujourd’hui est tiré d’un autre opéra, moins célèbre: Les pêcheurs de perles. Les thèmes abordés ne sont pas très différents de ceux de Carmen: amour, jalousie… L’histoire compte trois principaux personnages: deux pêcheurs de perles, Nadir et Zurga (ce dernier étant le chef des pêcheurs), amis, mais rivaux car aimant la prêtresse Leïla. Celle-ci, bien qu’ayant fait voeu de chasteté, est amoureuse de Nadir, ce qui déclenchera la colère de Zurga lorsqu’il apprendra leur liaison. Les amants échapperont à leur condamnation à mort, car Zurga découvrira en Leïla celle qui lui avait sauvé la vie dans le passé, dont il ignorait alors l’identité…

Cet air est chanté par Nadir, évoquant le doux souvenir de Leïla.

Georges Bizet – Carmen – Interlude

Je vous propose aujourd’hui un très bel interlude de l’opéra Carmen de Bizet, dont nous vous avions déjà fait (re) découvrir l’ouverture. Très doux, débutant avec la flûte et la harpe, il est joué entre le deuxième et le troisième acte, qui s’ouvre sur le repaire des contrebandiers que vient de rejoindre Don José…

Georges Bizet – Carmen – Ouverture

Carmen, le chef d’oeuvre de Georges Bizet (1838-1875), est sans doute l’opéra français le plus célèbre du monde… Comme pour Verdi et sa Traviata (que nous évoquions ici), la première fut un fiasco: les musiciens et choristes n’étaient pas à la hauteur, les changements de décors trop lents… et la critique dénonça un opéra immoral. Bizet ne supporta pas ce choc, en tomba terriblement malade et en mourut trois mois plus tard…

L’ouverture de Carmen est un très bon exemple d’une structure musicale qui s’appelle le rondo, caractérisée par un format A/B/A/C/A/D , très facilement facilement reconnaissable ici, A, B, C et D étant des thèmes qui réapparaîtront au cours de l’opéra.

L’ouverture annonce d’emblée ce que l’on trouvera dans Carmen (tant l’opéra que le personnage éponyme): la fête, l’amour, et  la mort… appréciez à cet égard l’attitude corporelle de James Levine tout au long de cette ouverture…