Gabriel Fauré – Requiem – Pie Jesu

Gabriel Fauré » Mon Requiem, on a dit qu’il n’exprimait pas l’effroi de la mort, quelqu’un l’a appelé une berceuse de la mort. Mais c’est ainsi que je sens la mort : comme une délivrance heureuse, une aspiration au bonheur d’au-delà, plutôt que comme un passage douloureux… » C’est ainsi que Gabriel Fauré évoque l’une de ses oeuvres principales, que nous avions déjà commencé à vous présenter en commençant par la fin, le In Paradisum.

Le chant apaisant du « Pie Jesu » est une bonne illustration de cette « berceuse de la mort », notamment dans cette version chantée par Cecilia Bartoli.

Enfin, les paroles sont relativement simples:

Pie Jesu Domine,
Dona eis requiem sempiternam

WA Mozart – Laudate Dominum

Wolfgang Amadeus MozartAujourd’hui dimanche, nous vous proposons d’écouter un morceau de musique sacrée: le Laudate Dominum (« Louez Dieu ») de Mozart, d’une beauté et d’une paix sublimes, comme sait si bien le faire le compositeur avec la musique sacrée… (comme profane, d’ailleurs…) Les paroles s’inspirent du psaume 117 (116), connu comme étant le plus court de la bible, avec seulement deux versets, donc voici les paroles latines:

Laudate Dominum omnes gentes
Laudate eum, omnes populi
Quoniam confirmata est
Super nos misericordia eius,
Et veritas Domini manet in aeternum.

La grande mezzo-soprano Cécilia Bartoli chante ici le magnifique Laudate Dominum de Mozart.

WA Mozart – Mitridate, re di Ponte – Se viver non degg’io

Wolfgang Amadeus MozartMozart n’a pas attendu longtemps pour écrire son premier opéra: Mitridate, re di Ponte (roi du Pont) a vu le jour en 1770, soit… 14 ans après la naissance du petit Wolfgang! Et vous allez vous en rendre compte, sa musique est loin d’être enfantine… Ce passage magnifique est un duo entre Aspasia et Sifare, la première promise à Mitridate, père du second – mais les deux s’aimant, naturellement… A ce moment, Mitridate vient de se rendre compte de cet amour, et a promis de tuer les deux amants…

Ce duo est ici interprété par deux grandes stars: Cecilia Bartoli (Sifare, dont le rôle était alors réservé à un castra) et Natalie Dessay (Aspasia)… Admirez la virtuosité de celles-ci à partir de 3:55, notamment, ou encore à partir de 5:57 (mention spéciale de 6:04 à 6:08…)

Giovanni Battista Pergolesi – Se tu m’ami

Encore un compositeur mort trop jeune: Pergolèse, né en 1710, a été atteint de la tuberculose et n’a vécu que jusqu’à 26 ans. Cela lui a tout de même laissé le temps de composer, en l’espace de 6 ans, 10 intermezzi entre autres, mais également d’autres chefs-d’œuvres que nous aurons l’occasion d’entendre, comme son fameux Stabat Mater ou son Salve Regina par exemple.

Voici aujourd’hui un aria magnifique dénommé « Se tu m’ami », chanté par l’Italienne Cecilia Bartoli. Les paroles que nous vous traduisons partiellement ci-dessous sont assez amusantes…

« Si tu m’aimes gentil berger, si tu souffres et tu soupires, j’en serai fort aise, mais ne me demande pas de n’aimer que toi, pour la peine… Ce n’est pas parce que le lys me plaît que je vais jeter les autres fleurs… »