Samuel Barber – Adagio pour cordes

Voilà un air que vous avez très certainement entendu de nombreuses fois sans savoir qui en était l’auteur. Il s’agit en fait d’un compositeur de musique classique appartenant à la période moderne (qui correspond approximativement à la première moitié du XXème siècle). Il est surtout connu pour son Adagio pour cordes, qui lorsqu’il le réécrit pour choeur, prend le nom d’ Agnus Dei.

Ce n’est pas anodin si ce doux air vous est familier, étant donné qu’il a servi de musique de film pour 20 films, dont Elephant Man, et le fabuleux destin d’Amélie Poulain. Bonne écoute ;)

WA Mozart – Concerto pour piano N°23 – Adagio

Wolfgang Amadeus MozartPar Thibault Auzou – Audituri Te Salutant!

Si les sonates pour piano de Mozart semblent d’une grande facilité technique, tout bon pianiste reconnaîtra que ce n’est presque jamais le cas. Les sonates de Mozart sont d’une clarté telle et d’une harmonie si parfaite, que toute fausse note choque l’oreille (mais avez-vous par exemple seulement  remarqué les quelques fausses notes que commet Yundi Li en jouant la Campanella de Liszt que nous vous avons récemment fait écouter?…).
« Plénitude onctueuse » : ainsi Wyzewa et Saint-Foix décrivent-ils l’ambiance chaleureuse, pure et douce de l’oeuvre en trois mouvements.
Prenez donc plaisir à entendre le concerto n° 23, dont nous vous présentons ici l’ adagio. Seul des 3 mouvements de l’oeuvre à être mineur, il exprime autant des sentiments de tristesse profonde que des moments joyeux ( 2’10). Au travers du 23e concerto, Mozart exprime à mon sens les couleurs les plus diverses de sa personnalité. Son côté enfantin, sa nécessité de se trouver heureux et gai pour composer, ses préoccupations. Il joue de l’orchestre, pour ainsi dire.Chaque instrument apporte sa touche d’élégance à la mélodie, jamais en excès, jamais en insuffisance.  En seconde vidéo, nous vous proposons d’admirer le célébrissime chef d’orchestre allemand, Karl Böhm, musicien d’une rigueur à toute épreuve.

Tomaso Albinoni – Concerto pour Hautbois n° 2 – Adagio

Voici le maître de l’Adagio! Le 2ème mouvement du Concerto pour Hautbois en ré mineur du compositeur vénitien Tomaso Albinoni (1671-1751) est une pure merveille du répertoire baroque.

Nous vous proposons ici une interprétation du soliste Frank de Bruine de l’Academy of Ancient Music dirigée par Christopher Hogwood.

Cet adagio ne doit pas être confondu avec l’œuvre du musicologue italien Remo Giazotto, communément  appelée « Adagio d’Albinoni« . En fait, Giazotto l’a composé en 1945 en se basant sur le fragment d’un mouvement de sonate à trois d’Albinoni retrouvé parmi les ruines de la bibliothèque de Dresde, après son bombardement durant la Seconde guerre mondiale. Le fragment n’aurait contenu que la ligne de basse et six mesures de la mélodie…

Voici donc le « vrai » Adagio du compositeur Albinoni!