Edward Elgar – Variations Enigma – X Dorabella

Edward ElgarNous vous avions présenté les variations Enigma du compositeur anglais Edward Elgar (1857-1934) en commençant par la plus célèbre, la variation Nimrod. Voici aujourd’hui celle qui lui succède, portant le nom très mozartien de Dorabella, surnom donné par Sir Elgar à celle à que décrit cette variation. Le bégaiement de cette dernière serait évoqué par les quatre notes des bois, dont la deuxième est toujours répétée. Ecoutons-donc cette variation pleine de légèreté…

Joyeux anniversaire – Misha Rachlevsky – Orchestre de Chambre du Kremlin

Vendredi, c’est hors-jeu ! Et en ce 27 février nous vous proposons l’écoute de variations de l’un des airs les plus connus au monde, chanté des millions de fois par jour à travers la planète.

A la baguette et à la direction de l’Orchestre de chambre du Kremlin: le chef d’orchestre russe Misha Rachelvsky. Cette vidéo a été enregistrée en 2001 dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou. Les oreilles averties reconnaîtront les styles propres de certains grands compositeurs, notamment de la période romantique !

Niccolo Paganini – Variations sur « God save the King »

De la virtuosité ce soir, avec Paganini qui nous a déjà donné à voir de toutes les couleurs avec ce magnifique instrument qu’est le violon ! Voilà de quoi vous convaincre davantage du génie de Paganini – ou de son sadisme envers tous les violonistes du monde, cela dépend de comment on le voit ;)

Pour son 9e opus, voilà que le grand maître nous livre de très belles variations sur l’hymne national du Royaume-Uni, « God save the King » (à l’époque le souverain était le Roi George III), très difficiles à exécuter… Mais qui fait diablement bien son effet lors d’un rappel comme ci-dessous, avec le violoniste Ning Feng !

Bonne écoute et surtout bon courage pour tous ceux qui auront l’ambition de le tenter un jour !

César Franck – Prélude, Fugue et Variations

Ce soir, un morceau très connu, d’une grande beauté, qui ne pourra que vous plaire : il s’agit du « Prélude, Fugue et Variation » de César Franck, dont les précédents articles ont dû vous faire voir son grand attachement pour la musique religieuse (quand bien même il vivait à l’époque romantique, beaucoup plus « séculière » que l’époque baroque par exemple). C’était bien sûr une manière d’exercer son instrument de prédilection, l’orgue, dont il fut l’un des maîtres incontestés de l’Europe au XIXe siècle. Dédié à son ami Camille Saint-Saëns, ce morceau est décomposé en trois parties, qui se jouent généralement à la suite; il reprend la forme, le style, et les techniques musicologiques familiers à Bach. Ainsi, la Fugue (3:11) donne lieu à l’incontournable développement contrapuntique que les baroques ont exploité durant le XVII-XVIIIe siècle. Quant aux Variations (qui arrivent à la sixième minute environ), une ligne « intermédiaire » s’infiltre dans le thème et la basse initiaux. Bref, une bien belle performance qui permit aux auditeurs de Franck de faire un énorme saut en arrière, à l’époque des grands organistes baroques. Ce « saut », on espère que vous le ferez aussi, du moins pendant la durée de ce morceau !

Benjamin Britten – The Young’s Person Guide to the Orchestra

Benjamin BrittenNous vous avions déjà présenté Benjamin Britten, peut-être le plus grand compositeur anglais depuis Henry Purcell.

Le morceau suivant a été écrit en 1946 dans le but de faire découvrir les instruments de l’orchestre aux enfants. On est donc très proche de ce qu’avait fait Prokofiev en U.R.S.S avec Pierre et le Loup!

Le thème principal est tiré du Rondeau D’Abdelazor d’Henry Purcell, justement. Si vous reconnaissez ce thème, c’est peut-être que vous l’avez entendu dans le récent film Orgueil et Préjugés… Ensuite Britten, écrit des variations et fait jouer les bois, les cuivres, les cordes, les percussions…

Je suis d’ailleurs reconnaissant au Youtube Symphony Orchestra, magnifique exemple de création collaborative sur internet, d’avoir mis en ligne cette vidéo :)

Georg Friedrich Handel – Suite pour clavecin en sol mineur – Passacaille (Halvorsen)

Georg Friedrich HaendelVoici le dernier mouvement de la suite pour clavecin en sol mineur HWV 432 du compositeur de musique baroque Haendel, dans un arrangement devenu célèbre pour violon et alto par le compositeur et violoniste norvégien Halvorsen. Les jeunes pianistes se sont peut-être amusés à jouer des variations autour de cet air à quatre mains avec des amis non-pianistes (en tout cas, je l’ai fait…), la variation étant assez simple à jouer en haut du clavier pour des personnes peu familières du clavier (la partie à 2:25 ici, notamment). La passacaille (terme inspiré du nom d’une danse espagnole) de la suite en sol mineur de Haendel est ici interprétée par deux grands noms de la musique classique que nous avons déjà rencontrés, Itzakh Perlman (violon) et Pinchas Zukerman (alto).

Frédéric Chopin – Variations sur « La ci darem la mano » de Don Giovanni (Mozart)

Chopin« La ci darem la mano » est l’un des airs les plus célèbres de l’opéra Don Giovanni de Mozart. Chopin, qui avait beaucoup d’admiration pour la musique de Mozart, lui a rendu hommage en composant ces variations pour piano et orchestre, oeuvre de jeunesse, puisqu’il écrivit ces variations à 17 ans seulement. Ce sont elles qui ont inspiré la célèbre phrase de Schumann à l’égard de Chopin: « Chapeau bas, messieurs, un génie! »

La structure de l’oeuvre est relativement simple: introduction de 6 minutes environ, puis thème et variations…

Les variations sur « La ci darem la mano » sont ici interprétées au piano par Claudio Arrau (1903-1991), pianiste chilien grand spécialiste de Chopin.