Louis Vierne – Quintette pour piano et cordes

Grand spécialiste de musique pour orgue, Louis Vierne se situe à la frontière entre le romantique et le moderne. Outre ces quelques 1750 concerts d’orgue à Notre-Dame-de-Paris, il est également l’auteur d’autres types de pièces, à l’instar de ce funeste quintette.

Il compose ce morceau suite à la mort de son fils. Les rythmes et mélodies de l’oeuvre reflètent bien un processus de deuil. Ainsi, on ressent dès le début l’infinie douleur provoquée par la perte de cet être cher mort si jeune. On perçoit dans la suite une série de sons incohérents, qu’on peut relier au remords de lui avoir accordé l’autorisation de partir à la guerre ou à l’incompréhension devant une telle fatalité. Vers la fin, le rythme, s’apaisant, évoque une résilience, et le deuil se termine par une douce cicatrisation, un abandon exprimé par une mélodie plus lente et harmonieuse.

« J’édifie en ex-voto un quintette de vastes proportions dans lequel circulera largement le souffle de ma tendresse et la tragique destinée de mon enfant. Je mènerai cette œuvre à bout avec une énergie aussi farouche et furieuse que ma douleur est terrible, et je ferai quelque chose de puissant, de grandiose et de fort, qui remuera au fond du cœur des pères les fibres les plus profondes de l’amour d’un fils mort… Moi, le dernier de mon nom, je l’enterrerai dans un rugissement de tonnerre et non dans un bêlement plaintif de mouton résigné et béat. »

À vos mouchoirs !

Ludwig van Beethoven – Quintette pour piano et vents op.16 – 2° mouvement

BeethovenC’est un morceau du jeune Beethoven que nous voulons vous faire découvrir ce soir – on perçoit d’ailleurs nettement l’influence de Mozart sur sa musique, et sur sa forme même, puisque Mozart avait composé un quintette pour les mêmes instruments et dans la même tonalité, le K.452. C’est à l’âge de 26 ans que Beethoven a composé ce quintette pour piano et vents (hautbois, clarinette, cor et basson, en l’occurence).

Ce très beau et très doux deuxième mouvement (qui se termine à 6:45 dans cette vidéo) fait la part belle au cor, instrument majestueux, qui se laisse désirer avant d’entrer en scène à 3:23.

Jean Cras – Quintette pour harpe, flûte et trio à cordes – Allegro

Jean Cras est un compositeur français (1879-1932) qui a su concilier une double existence, puisqu’il était avant tout officier de marine. Il commence à composer dès l’âge de 13 ans, entre à l’Ecole Navale à 17 ans, en ressort pour passer la plupart de son temps en mer, profitant des moments de loisir pour composer.

A l’écoute, on peut se risquer à l’associer à un compositeur plus connu comme Debussy ou encore à son ami et maître Henri Duparc, que nous aurons sans nul doute l’occasion de vous faire découvrir sur ce site.

Quoi qu’il en soit, pas facile de concilier une vie de marin et une vie de compositeur, mais nul doute que Jean Cras faisait très bien les deux…

Franz Schubert – La Truite – IV Thème et variations

Le quintette La Truite, l’un des morceaux les plus populaires de Schubert (je ne suis sans doute pas le seul à avoir du le chanter avec ma classe,au primaire, pendant un spectacle de fin d’année!), a été composé par celui-ci à l’âge de 22 ans. Pleines de fraîcheur, ces variations ne pourront que vous mettre de bonne humeur!

De célèbres musiciens sont ici réunis pour notre plus grand plaisir: Julian Rachlin (violon), Mischa Maisky (violoncelle), Mihaela Ursuleasa (piano), Nobuko Imai (alto) et Stacey Watton (contrebasse). Bonne écoute!