Richard Strauss – Also Sprach Zarathustra

Richard Strauss
Richard Strauss

Tout le monde connaît l’introduction du poème symphonique Also Sprach Zarathustra (Ainsi parlait Zarathoustra), composé par l’allemand Richard Strauss en 1896. Elle est notamment célèbre pour avoir été utilisée par Stanley Kubrick (qui aimait beaucoup les grands compositeurs classiques) dans 2001, A Space Odyssey.

Ce poème symphonique trouve son inspiration dans l’oeuvre éponyme de Nietzsche qui met en scène le prophète antique Zarathoustra, qu’on retrouve d’ailleurs dans le personnage Sarastro de La Flûte Enchantée.

Nietzsche
Nietzsche

Strauss voulait mettre en musique la marche de l’humanité, de ses origines jusqu’à l’avènement du Surhomme souhaité par le philosophe allemand. Il est donc logique que l’on trouve ce morceau harmonieux, triomphal, tel un lever de rideau sur une scène cosmique…

PS: Mettez le son fort au début pour entendre la basse…

Modeste Moussorgski – Une nuit sur le mont chauve

Moussorgski
Moussorgski à la fin de sa vie (il était alcoolique)

Retrouvons ici un Russe, et pas le moindre: le compositeur romantique Moussorgski. Il vient compléter notre découverte du fameux Groupe des Cinq, dont nous nous avons déjà parlé, notamment avec Mikhail Glinka, Nikolaï Rimski-Korsakoff, Miki Balakirev et Alexander Borodine. Le morceau d’aujourd’hui a d’ailleurs de fortes similitudes avec Les Danses Polovtsiennes de Borodine. En effet, quand on écoute ces morceaux, on sent toute l’âme russe à l’origine de l’inspiration du Groupe des Cinq.

Ceux qui ont regardé Fantasia étant petit associeront sans difficulté la musique à la vidéo où l’on voit celui qu’on pense être le Diable s’amuser avec les âmes des morts d’un village slave.

En réalité, ce morceau est un poème symphonique, ce qui signifie que Moussorgski voulait dépeindre quelque chose avec sa musique. En l’occurrence, il voulait figurer le Sabbat des sorcières (le titre était originellement La nuit de la Saint-Jean sur le Mont Chauve), en s’inspirant d’une pièce de l’écrivain russe Gogol. En deux mots, il s’agit d’une sombre fête de sorcières en présence de la divinité païenne des ténèbres dans la Russie païenne.

J’ai personnellement découvert ce morceau à 4 ou 5 ans, avec Fantasia. 20 ans après, je continue à le trouver oppressant. Bonne écoute! Enfin, façon de parler.