Jean-Baptiste Lully – Marche royale

LullyLully est un compositeur français d’origine italienne, qui fut le surintendant de la musique de la première partie du règne de Louis XIV. Bien que nous en parlions peu dans notre blog, cet homme a marqué l’histoire de la musique française et son nom est un de ceux qui symbolisent la rigueur de la période baroque. Nous avions cependant déjà présenté sa célèbre Marche pour la cérémonie des Turcs.

Aujourd’hui, nous vous proposons la Marche royale. Très martiale, elle donne envie de marcher d’un air important…

Franz Schubert – Marche Militaire N°1

Franz Schubert adolescentDe l’allant et de la bonne humeur aujourd’hui, avec Schubert et sa première marche militaire. Cette oeuvre pour piano à 4 mains a probablement été écrite alors que le jeune Schubert (alors âgé de 20 ou 21 ans) était employé à la maison du comte Esterhazy en Hongrie pour instruire sa fille dans l’art du piano. L’air enjoué, immédiatement mémorisable, en a fait une de ses oeuvres les plus populaires.

Notez comme, à partir de 2’50, le morceau passe brièvement en mode mineur, pour un rendu typique du romantisme schubertien. Avant de retourner au thème martial plus bondissant, en mode majeur. Il faut imaginer Schubert (qui mesurait 1,52m!) riant en jouant avec sa jeune élève et faisant la joie de la maison du comte!

Albert Lavignac – Galop Marche, ou le piano à huit mains !

Vendredi, c’est hors-jeu ! Enfin, presque, puisqu’aujourd’hui le morceau est relativement sérieux, technique… mais c’est juste son exécution qui est en soi une énorme farce. On vous avait déjà parlé de morceaux pour piano à 4 mains, où deux personnes s’asseyent côte à côte sur un même clavier pour exécuter l’oeuvre (des exemples : Ma Mère l’Oye de Ravel, ou initialement la « Polka italienne » de Rachmaninov). Là vous prenez le double, toujours sur un même clavier, vous imaginez la scène !

N’allez pas vous persuader, en voyant cela, qu’il s’agit là de l’oeuvre d’un sombre iconoclaste ou d’un Franz Liszt qui ne savait pas quoi faire de son lundi soir pluvieux. Non, son auteur s’appelle Albert Lavignac, musicologue de renom, auteur d’une Encyclopédie de la Musique et surtout professeur de solfège et d’harmonie d’un certain Claude Debussy… Les habitués du style de ce dernier reconnaîtront sûrement la patte du maître dans ce morceau.

Il n’empêche, l’exécution de ce Galop-Marche donne lieu à des situations souvent cocasses. Outre la promiscuité entre les pianistes, les regards tendres et furtifs lors des passages solos ou le tohu-bohu au moment de tourner les pages suscitent souvent l’hilarité du public. Ce qui ne veut pas dire que l’attention des musiciens est mise en veilleuse : une sacrée coordination est requise pour que le Galop soit un minimum présentable !

Piotr Tchaikovski – Marche slave

TchaikovskiRetrouvons ce soir le génial Tchaikovski, avec cette marche slave, dont les accents orientalisants vous feront peut-être penser au dessin animé Aladdin! Allez savoir pourquoi, c’est en tout cas la première chose qui m’est passée par la tête lorsque j’ai découvert ce morceau… Pourtant, le thème d’ouverture qui avait produit sur moi cet effet est issu d’une chanson du folklore serbe : Sunce jarko, ne sijaš jednako (ce qui signifie « Soleil éclatant, tu ne brilles pas de la même manière pour tous »… ).

Cette marche a été composée en l’honneur des soldats serbes, aux côtés desquels les soldats russes ont combattu lors de leur guerre contre la Turquie (1877-78), et ce premier thème qui va revenir de manière récurrente, évoquerait l’oppression des serbes par les turcs… Mais ce sentiment d’oppression va vite se transformer en colère, et il est difficile de ne pas être saisi par la puissance qui se dégage de ce morceau!

On pourra repérer à partir de 6:44 un développement autour de l’hymne « Dieu protège le Tsar », qui était alors l’hymne national (et le demeurera jusqu’ en 1917), et sur lequel s’achève ce morceau, mettant à l’honneur la patrie de Tchaikovski, venue prêter main-forte aux serbes… Le compositeur réitérera plus tard dans son Ouverture Solennelle 1812 (que nous vous avions déjà présentée… Prêtez l’oreille à 3:15 dans la vidéo du finale de l’Ouverture Solennelle 1812)

C’est le chef d’orchestre Mikhail Pletnev qui dirige ici l’Orchestre national de Russie, qu’il a lui-même fondé en 1990 – premier orchestre indépendant du pouvoir, grâce à la mise en place de la Perestroïka…

Jean-Baptiste Lully – Marche pour la cérémonie des Turcs

Lully est un compositeur français d’origine italienne du XVIIème siècle. Il fut surintendant de la musique de Louis XIV (beau titre, qui signifie en gros Ministre de la musique) et domina l’ensemble de la vie musicale en France à l’époque du Roi-Soleil. L’influence de son style et de ses innovations est notable sur beaucoup de grands compositeurs européens qui lui succédèrent.

Nous vous proposons aujourd’hui l’écoute d’une marche interprétée par l’ensemble instrumental Modo Antiquo, dirigé par le charismatique Federico Maria Sardelli. Vous reconnaîtrez peut-être la musique pour l’avoir entendu dans le film de Gérard Corbiau Le Roi Danse.

Vous remarquerez l’utilisation du « bâton de direction », qui fut plus tard remplacé par la baguette. Comme on le voit bien ici, le bâton servait surtout à battre la pulsation commune à l’ensemble des musiciens. La cause de la mort de Lully fut particulière puisqu’elle intervint à la suite d’une répétition du Te Deum qu’il devait faire jouer pour la guérison du roi. N’arrivant pas à obtenir ce qu’il voulait des musiciens, Lully, d’un tempérament explosif, s’emporta et se frappa violemment un orteil avec son « bâton ». Etant danseur, il refusa qu’on lui coupa la jambe qui s’infecta, la gangrène se propageant au reste du corps et infecta en grande partie son cerveau…

Julius Fucik – Entrée des gladiateurs

Un peu de joie et de bonne humeur pour bien entamer cette semaine ! Souvent entendue sous des chapiteaux de cirque, il faut savoir que cette pièce était au départ une marche militaire.

D’ailleurs, le morceau suit lui-même une structure stricte. On distingue très clairement trois parties, et une ascension chromatique tout au long de la pièce qui mène à un dénouement plus lent mais surtout plus magistral. Le tout étant accompagné de percussions qui imposent un rythme régulier qui n’est pas sans rappeler les marches militaires.

Amusez-vous! :)

Edward Elgar – Pomp and circumstance – March N°1

Edward_ElgarRenouons aujourd’hui avec le compositeur anglais Edward Elgar (1857-1934), avec sa célèbre marche numéro 1 de la suite pour orchestre Pomp and Circumstance. Elle a souvent été jouée lors de remises de diplômes et ce, pour la première fois, à l’université de Yale en 1905.

Pour les cinéphiles, c’est également la musique qui est utilisée dans Orange Mécanique, lors du transfert d’Alex Delarge de la prison vers l’hôpital…