Philip Glass – Japura River (en quatuor de guitares)

Philip GlassPar Elisabeth R – Audituri Te Salutant!

Philipp Glass est, aux côté de Steve Reich, une figure de la musique expérimentale qu’il qualifie plutôt de musique à « structures répétitives ». Le groupe brésilien Uakti a quant à lui, la singularité de fabriquer ses instruments de musique, obtenant ainsi des sonorités surprenantes qui vont d’ailleurs interpeller Philip Glass lors d’un voyage au Brésil. Quelques années plus tard, leur collaboration donnera lieu entre autre à l’enregistrement de l’album Aguas de Amazonia, dont est issue la pièce Japura River.

C’est une tout autre adaptation qui est proposée ici : le quatuor de guitares est une formation rare, pourtant il offre une multitude de possibilités sonores, révélant le pouvoir émotionnel d’un instrument aux nombreuses facettes. Une formation aussi atypique – inclassable – que le quatuor de guitares, se prête à merveille aux détournements esthétiques et au mélange des genres qui façonnent la musique d’aujourd’hui, faisant tomber les barrières entre musiques actuelles, traditionnelles, jazz, écriture savante.

Joaquin Rodrigo – Fantaisie pour un gentilhomme – Españoleta

Joaquin RodrigoNous vous avions déjà présenté l’adagio du concerto d’Aranjuez, l’oeuvre la plus célèbre de l’espagnol Joaquin Rodrigo. Voici un autre concerto pour guitare du compositeur, dont nous vous proposons d’écouter la première partie de son mouvement lent. La guitare y est principalement accompagnée par les cordes, et l’ensemble dégage une grande impression de douceur.

Niccolò Paganini – Première Sonate pour violon et guitare

PaganiniPar Noé Stoat – Audituri Te Salutant!

Aujourd’hui, voici la première sonate pour violon et guitare du virtuose génois, également désignée sous le nom de Centone di Sonate. S’il était extrêmement doué pour jouer de la guitare, Paganini (1782-1840) n’a pas cherché à rendre hommage à l’instrument dans la mesure où elle occupe dans ces sonates un rôle relativement ingrat, se contentant d’accompagner les élucubrations violonistiques typiques de ses compositions. Ces sonates ont été composées en 1820 pour son premier amour, Eleanora Quilici, et à cet égard on traverse bien toutes les émotions successives que peut faire naître ce sentiment : passion ensorcelante, exaltation incandescente (Allegro Maestoso, 1:00) et  soupirs langoureux (2:00), effervescence chantant à tue-tête (Rondoncino, 4:27) pour terminer sur une conclusion enragée. Pour explorer tous ces sentiments Paganini déploie toute sa palette technique notamment dans le jeu de l’archet, fondamental pour la dynamique du morceau, mais aussi en usant des pizzicati (dont l’usage soudain ne déteint pas avec le jeu d’archet, ce qui illustre l’importance de ce dernier) dans le Rondoncino, sans jamais se départir d’un tempo endiablé.

Au-delà des déchaînements passionnels cette sonate est très représentative du courant romantique et de l’influence qu’a eu Paganini sur des compositeurs tels que Liszt ou Schumann d’un point de vue de la virtuosité, élément caractéristique de la musique de Paganini.

Fernando Sor – Etude en si mineur

Fernando SorUn peu de guitare ce soir, avec cette étude composée par le barcelonais Fernando Sor (1778-1839), parfois surnommé le « Beethoven de la guitare » … S’il a connu un certain succès durant sa vie, celle-ci s’est terminée de manière assez triste : il a perdu coup sur coup sa femme et sa fille… et est peu après mort d’un cancer de la gorge et de la langue…

Voici une courte étude,  dont la douce et mélancolique mélodie vous aidera à vous reposer à la fin de votre journée…

Astor Piazzolla – Histoire du Tango – Bordel 1900

Comme dirait PPD aux Guignols, quand un film marche bien, on fait la suite, et quand il marche très bien, on fait le prequel ! C’est exactement ce que nous faisons aujourd’hui, après vous avoir parlé de « Café 1930  » et de « Nightclub 1960 « , deux très beaux morceaux du célèbre bandonéoniste argentin Astor Piazzolla, qui retracent l’évolution du Tango au XXe siècle.

Tout le génie de Piazzolla fut d’avoir réussi à symboliser le Zeitgeist argentin à travers les métamorphoses d’une danse qui constitue une partie non négligeable de l’identité culturelle de ce grand pays d’Amérique latine. Dans « Bordel 1900″,  il revient aux racines du tango, qui comme le suggère le titre du morceau, fut avant tout une danse populaire, issue même des bas-fonds de la société, aux antipodes des danses plus nobles telles que la valse. Comparé à « Café 1930″, on pourrait même dire que c’est le jour et la nuit : quand en 1930 le tango se dansait avec langueur et mélancolie, le credo était bien plus volage et l’humeur bien plus légère en 1900.

Si « Bordel 1900″ s’accompagne de passages en tonalité mineure, vous saisissez bien que l’impression est bien différente, en comparaison avec « Café » ou « Nightclub »: il ne s’agit non pas de ressentir la noirceur mélancolique, mais la sensualité et l’érotisme du tango, un peu dans la veine des déhanchés envoûtants de la fameuse Carmen. Peu étonnant, car le tango est lui-même un dérivé de l’habanera (souvenez-vous de « L’Amour est enfant de Bohême« ) !

Pour vous mettre dans l’ambiance, une version par flûte et guitare, pour vous aider à vous évader de ce temps vigoureux et à planer jusque sous le soleil argentin…

Isaac Albéniz – Pavana-Capricho

AlbénizUn peu de musique ensoleillée, que l’on doit au pianiste et compositeur catalan Isaac Albéniz (1860, Camprodon -1909, Cambo-les-Bains). Ses oeuvres pour piano sont très inspirées de la musique folklorique espagnole, comme vous allez vous en rendre compte.

Nous vous proposons deux versions de cette pavane caprice : la version originale pour piano quatre mains, ainsi qu’une transcription pour guitare, qui aura peut-être un côté plus « authentique » à l’oreille…

Heitor Villa-Lobos – Prélude N°1

Villa LobosVilla-Lobos (1887-1959) est un compositeur brésilien qui, doté d’une bonne culture musicale classique (il aimait particulièrement Bach), s’est également beaucoup inspiré  de musiques traditionnelles de son pays pour écrire sa musique. Je vous propose ce soir de découvrir son premier prélude pour guitare en mi mineur. Fermez les yeux, et abandonnez cette journée pluvieuse quelques instants, pour vous imaginer dans une fin de journée brésilienne ensoleillée… Fin du cliché, place à la musique ;-)