Sergueï Rachmaninov – Concerto pour piano N°3 – 3ème mouvement

Sergei RachmaninovCela fait plus de 3 ans que nous avions présenté le 3° concerto pour piano de rachmaninov, via son 1er mouvement aussi connu que tourmenté. Ce concerto, communément appelé « Rach 3″ par les anglo-saxons, est une des oeuvres phares du génie russe.

Ce morceau est réputé pour être l’un des plus difficiles du monde. Une oeuvre qu’il est presque impossible de rejouer pour un « Bis ».  L’interprétation suivante du 3° mouvement, par Arcadi Volodos, concertiste russe de 43 ans, devrait vous permettre de comprendre cette réputation.  Les notes pleuvent de tous les côtés, tant et si bien qu’on en est presque essouflé, rien qu’à écouter!

Le sens de la mélodie touchante de Chopin, la furie créatrice de Beethoven, la virtuosité de Liszt…

Et si c’était cela, la marque du génie: offrir une oeuvre si riche qu’on est contraint à l’effort pour l’accueillir pleinement…

WA Mozart – Concerto pour piano N°20 – 1° mouvement

Wolfgang Amadeus MozartSi vous avez vu le film Amadeus, vous reconnaîtrez sûrement ce morceau, qui intervient au moment où un mystérieux messager vêtu de noir vient commander une messe de Requiem à Mozart… Cette musique l’accompagne sur le chemin, jusqu’au moment où Mozart vient lui ouvrir la porte… ce sont alors les premiers accords de l’ouverture de Don Giovanni qui retentissent brutalement – la transition se fait bien, les deux morceaux étant dans la même tonalité de ré mineur…

WA Mozart – Concerto pour piano n°20 – Romance (2e mvt)

Pour inaugurer ce premier jour de septembre, nous vous proposons l’écoute de cette très belle Romance, issue du 20e concerto pour piano de Mozart (sur les 27 qu’il a écrits).

Ce concerto a la particularité d’être l’un des deux seuls concertos à être écrits en mode mineur, alors qu’on connaît plus souvent Mozart pour son style enjoué et aristocratique, à l’opposé du pathos romantique. Ce qui n’empêche pas le second mouvement de démarrer avec le mode majeur, appuyant une mélodie calme, limpide et charmante, jouée en solo par le piano, avant d’être rejoint par l’orchestre. Cette première partie reflète une harmonie parfaite entre le soliste et les autres instruments, une complémentarité exquise.

Mais nous ne sommes jamais vraiment au bout de nos surprises, avec Mozart. A 2:40, une intrusion du mode mineur se fait entendre, puis ce mode prend habilement le dessus, progressivement. C’est aux environs de 4:30 que la dominance mineure est entérinée. Une mélodie agitée, houleuse, est jouée, contrastant avec l’harmonie de la première partie. Une longue montée, à la limite de la surenchère, se poursuit, jusqu’à atteindre cette cadence sublime à 6:40 environ.

Le morceau se conclut avec une reprise du thème initial et la coda conclut le morceau avec un arpeggio ascendant jusqu’au murmure final.

Les grands romantiques y verraient là un Mozart approchant la trentaine, attristé par la réminiscence de sa jeunesse perdue, mais cela, nous vous laissons seuls juges avec votre propre sensibilité !

Avec tous les compliments de Friedrich Gulda, pianiste allemand grand spécialiste de Mozart, et du chef Claudio Abbaddo.

Yellow River Piano Concerto

Le Yellow River Piano Concerto est un concerto arrangé par une collaboration entre plusieurs musiciens chinois dont Ying Chengzong et Chu Wanghua, et basé sur la Yellow River Cantata de Xian Xinghai.

Le morceau a fait l’objet de nombreuses critiques, dues notamment à sa récupération politiques par les nationalistes chinois lors de la révolution culturelle dans les années 1960. Il est toutefois intéressant de l’écouter, ne serait-ce que pour ses solos d’une difficulté rare, et puis parce que ce n’est pas tous les jours que nous vous proposons de la musique chinoise.

Nous vous proposons ici une interprétation du pianiste Lang Lang – il s’agit de la première partie du concerto, qui malheureusement est très mal coupée ici: mais vous pouvez trouver la suite directement sur Youtube.

Camille Saint-Saëns – Concerto pour piano N°1 – 3° mouvement

Camille Saint-SaënsDécouvrons ce soir le premier des 5 concertos pour piano du compositeur romantique français Camille Saint-Saëns (1835-1921), avec le troisième et dernier mouvement « Allegro con fuoco ». Un mouvement effectivement très animé, et ce dès son commencement. On a ensuite le droit à un petit passage un peu plus lyrique (qui commence à 3:10 ici), avant de terminer avec une musique plus dans le ton de l’ouverture,dans un genre « glorieux », avec un petit écho au thème principal sur la toute fin (6:18). Bonne écoute, et bonne fin de week-end à tous!

Johannes Brahms – Concerto pour piano N°1– 2° mouvement Adagio

Johannes BrahmsAprès vous avoir présenté le premier mouvement du premier concerto pour piano de Brahms, voici venu le temps de vous présenter le deuxième, le mouvement lent! Un mouvement empreint de tristesse et de dignité… En l’écoutant, on a du mal à comprendre le très mauvais accueil qui fut fait à ce concerto…

Le voici interprété par le grand pianiste italien Maurizio Pollini. Faites de beaux rêves :-)

Franz Liszt – Totentanz (Danse macabre)

Fermez les rideaux, éteignez la lumière, montez le son… C’est bon, vous êtes dans l’ambiance pour cette danse des morts!

Toute l’oeuvre est construite autour du thème médiéval du Dies Irae, que nous avions évoqué lors de la présentation de la rhapsodie sur un thème de Paganini, de Rachmaninov, et que vous pouvez déchiffrer ci-dessous. Ce thème est tantôt brutal (dès l’ouverture), tantôt insaisissable (3:33), sait se faire apaisant (4:00), ou encore fascinant (6:11) jusqu’à devenir extatique (6:45) ou glorieux (9:25)… comme autant d’images que l’on peut se faire de la mort… Je vous laisse méditer…

C’est à la pianiste argentine Martha Argerich, ainsi qu’à l’orchestre de Paris dirigé par Daniel Barenboim, que nous devons ces quelques frissons, qui nous viennent tout droit de l’année 1986, depuis la salle Pleyel…

Dies Irae thème médiéval