Johann Sebastian Bach – Cantate BWV 31 – « Der Himmel Lacht, Die Erde Jubilieret »

Aujourd’hui jour de Pâques, nous vous proposons l’écoute d’une superbe cantate de Bach composée spécialement pour ce jour il y a près de 300 ans à Weimar! Il faut savoir que Bach composait ses cantates les unes à la suite des autres (facile pour lui) et celles-ci rythmaient l’année liturgique. Souvent d’ailleurs, ses cantates n’étaient jouées qu’à une seule occasion! Elles ont été bien sûr redécouvertes et font aujourd’hui partie du répertoire classique de la musique sacrée.

Joyeuses Pâques!

Dietrich Buxtehude – Jesu Meine Freunde

Buxtehude
Buxtehude

Faisons aujourd’hui la connaissance d’un compositeur allemand d’origine danoise: Dietrich Buxtehude. Peu connu, il mérite pourtant largement un article en tant que compositeur prolifique (113 cantates, 89 pièces pour orgue, 41 pièces libres et bien d’autres encore…) et auteur d’oeuvres très fines, souvent annonciatrices du génie Jean-Sébastien Bach, qui fut d’ailleurs certainement l’un de ses élèves!

Buxtehude  a été pendant 3 décennies l’organiste de l’église luthérienne Sainte-Marie de Lübeck, ce qui lui a donné l’occasion de relations multiples avec de grands musiciens de son époque, comme Pachelbel qui lui a dédié son Hexachordum Apollonis ou encore Johann-Sebastian Bach qui parcourut 400 kilomètres à pied pour le rencontrer!

Vous trouverez sous la vidéo la traduction des paroles de cette jolie cantate, en anglais.

Beneath your protection
I am free from the attacks
of all my enemies.
Let Satan track me down,
let my enemy be exasperated —
Jesus stands by me.
Even if there is thunder and lightning,
even if sin and hell spread terror
Jesus will protect me .

I defy the old dragon,
I defy the jaws of death,
I defy fear as well!
Rage, World, and spring to attack:
I stand here and sing
in secure peace.
God’s might takes care of me;
earth and abyss must fall silent,
however much they rumble on.

Away with all treasures!
You are my delight,
Jesus, my joy!
Away with empty honours,
I’m not going to listen to you,
remain unknown to me!
Misery, distress, affliction, disgrace and death,
even if I must endure much suffering,
will not separate me from Jesus.

Good night, existence
chosen by the world,
you do not please me.
Good night , you sins,
stay far behind me.
Come no more to the light!
Good night , pride and splendour,
once and for all, sinful existence,
I bid you good night.

Go away, mournful spirits,
for my joyful master,
Jesus, now enters in.
For those who love God
even their afflictions
become pure sweetness.
Even if here I must endure shame and disgrace,
even in suffering you remain,
Jesus, my joy

Johann Sebastian Bach – Cantate 82a – Ich habe genug

Bach a composé cette cantate « Ich habe genug » (Je suis comblé), en 1727 à Leipzig à l’occasion de la commémoration de la Présentation de Jésus au Temple. La pièce a été écrite à l’origine en do mineur pour un hautbois soliste et une voix de basse. La version que nous vous proposons ici a été transposée en mi mineur, le hautbois remplacé par une flûte, et la voix de basse interprétée par la soprane Natalie Dessay.

Nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter des cantates de Bach, et ce n’est pas fini puisqu’il en a composé plus de 250…

Carl Orff – Carmina Burana – Fortuna Imperatrix Mundi

Carl Orff est un compositeur allemand (1895-1982), connu notamment pour avoir composé la Cantate Carmina Burana en 1937.
Cette oeuvre est bien sûr souvent associée au contexte dans laquelle elle fut composée (Allemagne nazie). Mais en fait Carmina Burana se réfère surtout à la poésie germanique du 13ème siècle. Tout en utilisant les outils de la composition moderne, Carl Orff réussit parfaitement, comme vous pouvez l’entendre, à transmettre l’esprit de cette période médiévale.

L’oeuvre de Carl Orff est complexe, et reflète bien les quatre périodes majeures de la vie du compositeur – l’Empire germanique, la République de Weimar, l’Allemagne nazie, et la République Fédérale…  Nous aurons plus tard l’occasion de vous présenter d’autres oeuvres un peu moins connues de ce compositeur étonnant.

Johann Sebastian Bach – Cantate 208 « de la chasse »

La cantate 208 de Jean-Sébastien Bach (1685-1750) intitulée « Was mir behagt is nur die muntre Jagd » (« Ce qui me plaît, c’est la chasse joyeuse ») est composée de 15 mouvements, et nous vous proposons aujourd’hui d’écouter le plus célèbre d’entre eux, l’aria « Schafe können sicher weiden » (« Les moutons peuvent paître en paix »)

Un peu de vocabulaire: une cantate est une pièce musicale vocale et instrumentale, composée de plusieurs morceaux; les cantates sont très prisées à l’époque baroque.
Une aria est à l’origine un air mélodique, souvent chanté (mais pas toujours, comme ici); maintenant, on l’emploie pour désigner un morceau pour une voix, accompagné d’un orchestre – particulièrement en opéra.

A l’époque de Bach, une aria était souvent déclinée de façon ternaire: thèmes A/B/A. Voilà ici ce que ça donne:

0:00: thème A (joué par les flûtes)
1:35: thème B: reprise de la mélodie en mode mineur à partir de 2:00
3:12: retour du thème A

Par moments (0:30 à 0:40 par exemple), il vous semblera peut-être reconnaître le fameux air chrétien  de Noël « Adeste Fideles » (Peuple Fidèle, en français). On ne connaît pas l’auteur de cet air – qui est traditionnellement attribué à Saint Bonaventureau – et je n’ai nulle part trouvé d’allusion à Bach… cette ressemblance est sans doute purement fortuite!

Trêve de mots, je vous laisse profiter de la douce musique de Bach…