Yellow River Piano Concerto

Le Yellow River Piano Concerto est un concerto arrangé par une collaboration entre plusieurs musiciens chinois dont Ying Chengzong et Chu Wanghua, et basé sur la Yellow River Cantata de Xian Xinghai.

Le morceau a fait l’objet de nombreuses critiques, dues notamment à sa récupération politiques par les nationalistes chinois lors de la révolution culturelle dans les années 1960. Il est toutefois intéressant de l’écouter, ne serait-ce que pour ses solos d’une difficulté rare, et puis parce que ce n’est pas tous les jours que nous vous proposons de la musique chinoise.

Nous vous proposons ici une interprétation du pianiste Lang Lang – il s’agit de la première partie du concerto, qui malheureusement est très mal coupée ici: mais vous pouvez trouver la suite directement sur Youtube.

Hubert Parry – Lady Radnor’s Suite

Hubert Parry est un compositeur anglais (1848-1918). En tant que Directeur du Royal College of Music, il eut notamment comme élève Ralph Vaughan Williams et Gustav Holst, que vous connaissez peut-être déjà. La composition n’était pas sa première occupation, mais il n’en demeure pas moins que ses oeuvres sont remarquables. A l’époque, sa musique était même considérée comme avant-gardiste par ses contemporains.

Je vous propose aujourd’hui l’écoute de la suite pour Lady Radnor, qui n’est pas des plus connues mais que j’ai entendu à la radio et que je souhaite partager sur ce site! Bonne écoute!

Modeste Moussorgski – Boris Godounov

Aujourd’hui, retour au plus connu des compositeurs russes du ‘Groupe des Cinq': Modeste Moussorgski. Il nous a laissé l’opéra Boris Godounov, composé entre 1868 et 1873, et écrit d’après la tragédie homonyme du dramaturge Pouchkine (inspirée de L’Histoire de l’empire russe de Nikolaï Karamzine).
La musique de cet opéra est écrite dans un style russe qui reflète la connaissance qu’avait le compositeur de la musique populaire de son pays et qui rejette volontairement l’influence de l’opéra allemand et italien.
Dans la pièce, (qui n’est pas fidèle à l’Histoire) Boris devient Tsar après avoir tué l’enfant Dmitri, l’héritier légitime. En pleine période de troubles (1583-1613), le pays sombre dans le chaos et la pauvreté. Un jeune moine vagabond, Grigori, se fait passer pour Dmitri et réussit à épouser Marina, une femme noble originaire de Pologne qui déguise sa volonté de puissance en amour passionné. Après avoir convaincu le roi de Pologne de sa légitimité, le faux Dmitri convaint les Polonais d’envahir la Russie. Boris, frappé de culpabilité et hanté par des hallucinations, tombe dans la folie et meurt.
Boris Godounov fait passer le souffle de l’Histoire à l’opéra comme peu de compositeurs y parviennent (Verdi par exemple dans Don Carlos).
L’oeuvre est jouée en ce moment à l’Opéra Tragique (mise en scène de Heinrich Grausen). La vidéo d’aujourd’hui vous propose un court extrait d’une répétition ainsi qu’une interview du chanteur vedette (Pavel Alexandre Persikov) qui interprète le rôle du Tsar Boris.
L’extrait en question s’appuie sur la version originale de l’Opéra, dirigée par Claudio Abbado: les couleurs sont plus crues, le son de l’orchestre est moins épais que dans la version ré-orchestrée par Rimski-Korsakov que vous aurez peut-être l’occasion d’entendre si cet opéra vous plaît!

Johann Sebastian Bach – Cantate BWV 31 – « Der Himmel Lacht, Die Erde Jubilieret »

Aujourd’hui jour de Pâques, nous vous proposons l’écoute d’une superbe cantate de Bach composée spécialement pour ce jour il y a près de 300 ans à Weimar! Il faut savoir que Bach composait ses cantates les unes à la suite des autres (facile pour lui) et celles-ci rythmaient l’année liturgique. Souvent d’ailleurs, ses cantates n’étaient jouées qu’à une seule occasion! Elles ont été bien sûr redécouvertes et font aujourd’hui partie du répertoire classique de la musique sacrée.

Joyeuses Pâques!

Franz Liszt – Sonate pour piano en si mineur

Si vous aimez le piano et la musique romantique, il est difficile de passer à côté de la magnifique Sonate pour piano de Liszt, composée en 1853. Cette oeuvre a été beaucoup étudiée et a fait l’objet de nombreuses critiques, notamment à cause de sa forme. Clara Schumann n’entendait dans cette sonate, dédiée à son mari, qu’un « bruit assourdissant »…

Bien que le morceau se joue d’une seule traite, on peut encore distinguer 4 ‘mouvements’ typiques des structures de sonate. Techniquement, l’oeuvre n’est pas évidente, mais il est injuste de penser, à l’instar des adversaires de ce qu’on appelait à l’époque « la musique de l’avenir », qu’elle n’est que pure virtuosité. La musique de Liszt est toujours belle et tumultueuse, et géniale: ce qui fait dire à son compatriote Bartók: « Pour l’évolution future de la musique, la portée des oeuvres de Liszt me parut beaucoup plus considérable que celle, par exemple, des créations de Wagner et de Strauss » (Autobiographie, 1921).

Nous vous proposons ici l’écoute d’une interprétation du pianiste canadien André Laplante.

Ignaz Holzbauer – Messe en Ut

Avez-déjà entendu parler du compositeur autrichien Ignaz Holzbauer? Il a vécu de 1711 à 1783 et fait partie de ces grands musiciens qui ont eu la chance de croiser Mozart mais dont l’oeuvre a malheureusement pâti du génie de ce dernier.

Holzbauer n’est pourtant pas un compositeur anodin! Il a écrit 4 oratorios, 37 motets, 205 oeuvres pour orchestre, des quatuors et quintette à corde, et près vingt opéras… Et nous ne vous avons pas encore présenté son oeuvre sur ce blog – autant vous dire que le site a de l’avenir! :)

A propos de son opéra « Günther von Schwarzburg », écrit quelques années avant sa mort, Mozart qui l’entendit en fit l’éloge: « Ce qui m’étonne le plus, c’est qu’un homme aussi âgé que Holzbauer ait encore autant d’esprit; car c’est incroyable ce qu’il y a de feu dans sa musique ».

Holzbauer était membre de l’école de Mannheim: ce cercle musical, créé en 1750, fut déterminant dans l’évolution musicale qui allait conduire du baroque tardif au classicisme viennois et, plus tard, au romantisme. Elle abandonna la tradition antérieure d’une orchestration assujettie à la basse continue et développa un style nouveau, plus enjoué, dont l’harmonie était déterminée par la mélodie.

Je vous recommande l’écoute de sa Messe en Ut (do majeur), que je trouve assez exceptionnelle, à placer au niveau de celles de Mozart et Haydn!

Craig Armstrong – Glasgow Love Theme

Le week-end est pour certains l’occasion d’aller au cinéma. Le 7ème art nous fait souvent découvrir des musiques formidables, que ce soit lorsqu’un film s’appuie sur une oeuvre d’un compositeur disparu ou lorsque la bande originale est écrite par un musicien contemporain. C’est pourquoi nous proposons parfois sur ce site l’écoute de morceaux qui ne sont pas forcément uniquement issus des grandes périodes musicales qui ont marquées l’histoire (baroque, classique ou encore romantique), mais qui peuvent avoir été composés à l’occasion de la production d’un film.

Voici un morceau écrit par le compositeur écossais Craig Armstrong pour le film Love Actually, sorti en salle en 2003. Vous pouvez facilement (re)découvrir d’autres oeuvres de Craig Armstrong, que vous connaissez sans doute déjà si vous avez vu des films comme Romeo + Juliet ou Ray.