Henry Purcell – King Arthur – Your Hay

320 ans après la composition du semi-opéra de Purcell (1659-1695) King Arthur, nous vous proposons d’en écouter l’interprétation d’un extrait par les English Baroque Soloists dirigé par John Eliot Gardiner (la première version publiée sur ce blog présentait une interprétation de Mark et Alfred Deller, mais fut malheureusement retirée de Youtube récemment…)

Pour l’anecdocte, l’œuvre fut donnée pour la première fois en 1961 seulement au Theâtre Dorset Garden de Londres! Et pour ceux que cela intéresse, vous trouverez ici le Livret de ce semi-opéra.

Purcell est un des meilleurs représentants de la musique baroque, et reste considéré comme le plus grand des compositeurs anglais. (Haendel était certes génial, mais, d’origine allemande, il fut naturalisé britannique) ;-)

Francis Poulenc – Mouvements Perpétuels – 1918

Francis Poulenc (1899-1963), est un compositeur français membre du Groupe des Six, surnommé ainsi en référence au Groupe des Cinq (compositeurs russes déjà évoqués précédemment sur notre site).

Nous aurons l’occasion de vous proposer l’écoute des compositeurs qui forment ce groupe de musiciens, et qui se positionnent en réaction contre le romantisme et le wagnérisme notamment.

En attendant, voici les Mouvements perpétuels interprétés par le compositeur lui-même. Un peu de légereté!

Bedrich Smetana – Ma Patrie – La Moldau

Je vous propose aujourd’hui l’écoute d’une œuvre symphonique du compositeur tchèque Bedrich Smetana (1824-1884) intitulé La Moldau tiré du « Poème symphonique » en six mouvements « Ma Patrie ».

La Moldau (en tchèque « Vltava ») est une rivière qui passe à Prague, et le compositeur parvient merveilleusement à nous faire suivre la vie du cours d’eau, de la source jusqu’à sa confluence dans l’Elbe.

Smetana a bien connu les compositeurs Liszt et Dvorak. Mais je ne vais pas vous raconter sa triste vie, et puisque la musique parle d’elle même, c’est parti!!

Gustav Mahler – Symphonie n° 3 – 4ème et 5ème mouvements

Gustav Mahler (1860-1911), chef d’orchestre et compositeur autrichien, est un musicien dont on peut dire qu’il fait le pont entre la période romantique et la période moderne.

Ses dix symphonies, dont la dernière est inachevée, ont laissé une empreinte majeure dans l’histoire de la musique. A l’époque où l’Europe découvrait son œuvre, la musique française et la musique allemande se livraient une guerre ouverte, ce qui fit dire à Claude Debussy, qui assistait à la première de la 2ème symphonie de Mahler à Paris: « Ouvrons l’œil (et fermons l’oreille)… Le goût français n’admettra jamais ces géants pneumatiques à d’autre honneur que de servir de réclame à Bibendum. »

On dira ce que l’on voudra, mais j’espère que cet extrait vous donnera l’envie de découvrir un compositeur étonnant et complexe, à la fois controversé et admiré par beaucoup. Le chef d’orchestre letton Mariss Jansons a l’air en tous cas d’être exalté par ce qu’il dirige!

La musique de Mahler a été bannie par le IIIème Reich en raison de ses origines juives: vous qui avez la chance de pouvoir l’écouter, profitez-en, et mettez le volume à fond jusqu’au bout!

Carl Maria von Weber – Concerto pour Clarinette n° 2 – Alla Polacca

Carl Maria von WeberCarl Maria von Weber, compositeur allemand (1786-1826), est surtout connu pour avoir composé deux des opéras les plus célèbres du répertoire romantique allemand (Der Freischütz, et Euryanthe). Il est toutefois difficile d’ignorer le reste de son œuvre et notamment sa musique concertante. En l’espace d’une vingtaine d’années, il a composé près de 15 concerti. Je choisis aujourd’hui ce mouvement issu du Concerto pour Clarinette en mi bémol majeur qui met à l’honneur cet instrument exceptionnel.

Joseph Haydn – Quatuor n° 62 dit « Empereur » – Allegro

Franz Joseph Haydn (1732-1809), de nationalité autrichienne, est l’un des compositeurs les plus prolifiques de la période dite « classique ». Il est notamment connu pour être le père du quatuor à cordes, dont je vous propose aujourd’hui l’écoute d’un mouvement. Le morceau, composé en 1797, est ici interprété par le Kodaly Quartet, génies hongrois des instruments à cordes, dont le 1er violon se prénomme tout de même Attila…

Bien que Haydn ait été un compositeur isolé et finalement peu reconnu pendant la plus grande partie de sa vie, on apprécie la légèreté et la gaieté de l’œuvre. Comme vous le savez peut-être, Haydn fut un ami proche de Mozart et le professeur de Beethoven.