Connaissez-vous ce film? – Rachmaninov, de Pavel Lounguine – avec sa Symphonie N°1 – 1er Mouvement

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

RachmaninovNous n’avons pas vocation à être un blog de publicité pour des artistes qui ne sont pas des musiciens. Mais lorsqu’un réalisateur sort un bon film sur un compositeur classique, pourquoi nous l’interdire?

En effet, j’ai eu l’occasion de voir, tout récemment, le film de Pavel Lounguine intitulé Rachmaninov (sorti uniquement en DVD en décembre 2014) et j’ai trouvé que cela valait le coup de vous le présenter brièvement.

Attention SPOILER!

Ceux qui connaissent Lounguine savent que c’est un spécialiste de la représentation de l’âme russe sur l’écran. Ce film n’échappe pas à la règle. « Sergueï » y est dépeint comme un homme tourmenté, profondément attaché à sa Russie natale qui, devenue soviétique, l’a banni à cause de ses « opinions bourgeoises ». Le film propose des clivages importants dans la vie du dernier grand compositeur romantique. Balancement du coeur à cause de certaines femmes, notamment une marxiste qui est elle-même partagée entre sa passion pour Rachmaninov et sa fidélité au régime. Déchirement entre sa nostalgie pour la Russie et son succès dans une Amérique avide de spectacle. Déchirement entre sa carrière de virtuose pour laquelle tout le monde l’encourage et le félicite, et son désir profond d’exprimer ses ressentis comme compositeur. Sa difficulté à s’adonner à la création (et le manque que cela suscite) constitue d’ailleurs un des thèmes principaux du film.

J’ai trouvé particulièrement touchant le personnage humble mais fort de Natalia, sa cousine et plus fidèle amie (depuis la petite enfance) que Sergueï finira par épouser et qui semble, selon le film, avoir été pour lui la source à laquelle il vient se retrouver lorsque sa mélancolie ou ses drames l’emportent trop loin.

A ranger dans les petites déceptions: j’aurais aimé que le film se focalise un peu plus sur la musique de Rachmaninov (les concertos pour piano sont à peine évoqués). Et aussi que Lounguine ne fasse pas l’impasse sur la spiritualité du compositeur, et notamment son rapport au christianisme orthodoxe. Ce qui peut étonner lorsqu’on sait que c’est aussi lui qui a réalisé L’Île (que je vous recommande vivement!)

Malgré ces deux regrets, je ne peux que vous recommander le visionnage de ce bon film, très différent d’Amadeus ou de Shine, pour ne citer qu’eux!

Et pour nous quitter, voici le sublime 1er mouvement de sa première symphonie. Pour savoir l’accueil très très déroutant que cette oeuvre reçut lorsqu’elle fut créée, veuillez acheter le film ;)

  • Nesrin de la Vallée

    Merci j’ai bien envie de voir ce film dont je ne connaissais pas l’existence !