WA Mozart – Concerto pour piano n°20 – Romance (2e mvt)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Pour inaugurer ce premier jour de septembre, nous vous proposons l’écoute de cette très belle Romance, issue du 20e concerto pour piano de Mozart (sur les 27 qu’il a écrits).

Ce concerto a la particularité d’être l’un des deux seuls concertos à être écrits en mode mineur, alors qu’on connaît plus souvent Mozart pour son style enjoué et aristocratique, à l’opposé du pathos romantique. Ce qui n’empêche pas le second mouvement de démarrer avec le mode majeur, appuyant une mélodie calme, limpide et charmante, jouée en solo par le piano, avant d’être rejoint par l’orchestre. Cette première partie reflète une harmonie parfaite entre le soliste et les autres instruments, une complémentarité exquise.

Mais nous ne sommes jamais vraiment au bout de nos surprises, avec Mozart. A 2:40, une intrusion du mode mineur se fait entendre, puis ce mode prend habilement le dessus, progressivement. C’est aux environs de 4:30 que la dominance mineure est entérinée. Une mélodie agitée, houleuse, est jouée, contrastant avec l’harmonie de la première partie. Une longue montée, à la limite de la surenchère, se poursuit, jusqu’à atteindre cette cadence sublime à 6:40 environ.

Le morceau se conclut avec une reprise du thème initial et la coda conclut le morceau avec un arpeggio ascendant jusqu’au murmure final.

Les grands romantiques y verraient là un Mozart approchant la trentaine, attristé par la réminiscence de sa jeunesse perdue, mais cela, nous vous laissons seuls juges avec votre propre sensibilité !

Avec tous les compliments de Friedrich Gulda, pianiste allemand grand spécialiste de Mozart, et du chef Claudio Abbaddo.