César Franck – Prélude, Fugue et Variations

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Ce soir, un morceau très connu, d’une grande beauté, qui ne pourra que vous plaire : il s’agit du « Prélude, Fugue et Variation » de César Franck, dont les précédents articles ont dû vous faire voir son grand attachement pour la musique religieuse (quand bien même il vivait à l’époque romantique, beaucoup plus « séculière » que l’époque baroque par exemple). C’était bien sûr une manière d’exercer son instrument de prédilection, l’orgue, dont il fut l’un des maîtres incontestés de l’Europe au XIXe siècle. Dédié à son ami Camille Saint-Saëns, ce morceau est décomposé en trois parties, qui se jouent généralement à la suite; il reprend la forme, le style, et les techniques musicologiques familiers à Bach. Ainsi, la Fugue (3:11) donne lieu à l’incontournable développement contrapuntique que les baroques ont exploité durant le XVII-XVIIIe siècle. Quant aux Variations (qui arrivent à la sixième minute environ), une ligne « intermédiaire » s’infiltre dans le thème et la basse initiaux. Bref, une bien belle performance qui permit aux auditeurs de Franck de faire un énorme saut en arrière, à l’époque des grands organistes baroques. Ce « saut », on espère que vous le ferez aussi, du moins pendant la durée de ce morceau !