Ludwig van Beethoven – Romance cantabile pour piano, flûte et basson

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Après vous avoir convaincu que Beethoven pouvait être transformé sans peine en rockeur heavy metal, voilà quelque chose qui remettra en cause vos certitudes ! En effet on associe trop souvent, à tort, la musique de Beethoven à une musique brutale, cognant à grands coups dans les tympans de l’auditeur. C’est pourquoi quand on entend un morceau si calme, si doux, avec une pointe de mélancolie passionnée comme ci-dessous, on ne pense pas qu’il puisse s’agir d’une oeuvre du maestro natif de Bonn. Et pourtant ! Si cette « Romance cantabile » est moins célèbre que la 5e Symphonie – qui a sans doute pérennisé l’association clichée Beethoven = musique de brutes – elle n’en demeure pas moins intéressante à découvrir. L’association piano-flûte-basson, peu commune en musique de chambre, révèle une heureuse connivence : ainsi, le timbre grave du basson répond habilement au ton aigu et brillant de la flûte, tandis que le piano fait entendre sa voix lors des enchaînements. Avec, en fond, un orchestre de cordes qui harmonise le tout. L’art et la manière de faire chanter cette musique d’amour par tout un petit monde !

Cette pièce ne fut pas publiée du vivant de Beethoven, d’où l’absence de numéro d’opus. Néanmoins elle figure dans le catalogue de Willy Hess, où sont consignés oeuvres et fragments oubliés du maestro, et porte le n°13. Les interprètes sont Patrick Gallois à la flûte, Pascal Gallois au basson et Myung-Whun Chung (actuel chef de l’Orchestre Philarmonique de Radio France) au piano.