Domenico Scarlatti – Sonate K. 141

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Un peu de Scarlatti ne nous ferait pas de mal ! Surtout en écoutant une de ses très belles sonates (il en a écrit 555, rien que ça!), toutes composées alors qu’il officiait à la Cour d’Espagne, en tant que musicien et pédagogue de l’infante du Portugal Maria Barbara. Les sonates furent d’ailleurs pour une grande partie écrites en guise d’exercices pour clavecin : autant dire, en écoutant la sonate ci-dessous (K. 141, K voulant dire Kirkpatrick, du nom de celui qui classifia et publia les 555 sonates), que Scarlatti n’a pas gâté son élève ! Dès le début, le claveciniste (et plus tard le pianiste) se doit être agile des mains pour jouer rapidement une même note en la tapotant avec trois doigts différents. Mais l’atmosphère générale du morceau, lancinante sans tomber dans le mélancolique, rappelle les musiques fastes de la Cour espagnole, qui n’ont sans doute pas laissé Scarlatti indifférent.

Ci-dessous, une interprétation de cette sonate par Emil Gilels, pianiste soviétique du XXe siècle. Sur Youtube, il existe aussi une vidéo avec une version par Martha Argerich, où vous pouvez voir ses mains et donc prendre conscience de toute la difficulté technique du morceau. Mais, c’est le problème souvent avec Martha, le tempo est vraiment très rapide…