Felix Mendelssohn

Félix Mendelssohn – Romances sans Paroles – Gondole vénitienne (2)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Felix Mendelssohn

Un peu à l’instar des Nocturnes de Chopin, les Romances sans Paroles de Mendelssohn font partie de ces morceaux qu’on aime bien réécouter de temps en temps, non pas parce que ce sont des pièces qui ont révolutionné la musique, mais parce que celles-ci sont susceptibles de vous réconforter, de vous octroyer un certain plaisir sensuel de par la chatoyance des mélodies qui vous transpercent le coeur par leur beauté langoureuse. Un peu comme le morceau suivant, qui avec ses 1 minute et 53 secondes passe pour un Petit Poucet face aux 30 heures de la Tétralogie de Wagner. Pourtant, nul besoin de discours pompeux : ici Mendelssohn se contente de livrer une impression, une sorte de « haïku musical » évoquant une gondole vénitienne (très exactement comme pour ce morceau, sauf que ce dernier est postérieur au morceau d’aujourd’hui), tanguant au gré des flots de la Cité des Doges. Comme quoi, même si la musique s’adresse souvent directement à votre intellect, elle peut aussi vous enrober dans un flou sentimental directement lié à votre sensibilité. Et on en redemande ! L’éternel Daniel Barenboïm au clavier, encore et toujours.