Hector Berlioz – Requiem – Lacrymosa

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Hector BerliozAprès vous avoir fait découvrir le puissant Dies Irae et le touchant Sanctus, nous vous présentons ce soir le Lacrymosa du Requiem de Berlioz, l’un des morceaux marquants de ce Requiem, qui nous saisit d’entrée par son rythme très particulier…

On se souvient que la création du Requiem de Berlioz avait failli être gâchée par la faute du chef d’orchestre Habeneck (et si on ne s’en souvient pas, qu’on retourne lire l’article sur le Dies Irae! ;-))

Le fameux Habeneck va tenter de se rattraper plus tard, comme l’évoque Berlioz dans ses mémoires :

Quelques années après la cérémonie dont je viens de raconter les péripéties, la ville de Lille ayant organisé son premier festival, Habeneck fut engagé pour en diriger la partie musicale. Par un de ces caprices bienveillants, qui étaient assez fréquents chez lui, malgré tout, et peut-être pour me faire oublier, s’il était possible, sa fameuse prise de tabac, il eut l’idée de proposer au comité du festival, entre autres fragments pour le concert, le Lacrymosa de mon Requiem. On avait placé également dans ce programme le Credo d’une messe solennelle de Cherubini. Habeneck fit répéter mon morceau avec un soin extraordinaire et l’exécution, à ce qu’il paraît, ne laissa rien à désirer. L’effet aussi en fut, dit-on, très-grand, et le Lacrymosa, malgré ses énormes dimensions, fut redemandé à grands cris par le public. Il y eut des auditeurs impressionnés jusqu’aux larmes. Le comité lillois ne m’ayant pas fait l’honneur de m’inviter, j’étais resté à Paris. Mais après le concert, Habeneck, plein de joie d’avoir obtenu un si beau résultat avec une œuvre si difficile, m’écrivit une courte lettre ainsi conçue ou à peu près :

« Mon cher Berlioz,

Je ne puis résister au plaisir de vous annoncer que votre Lacrymosa parfaitement exécuté a produit un effet immense.

Tout à vous,

HABENECK. »

Voici donc ce Lacrymosa, dans une interprétation de l’Atlanta Symphony Orchestra et son choeur, dirigés par Robert Shaw.

NB : pour les parisiens, sachez que le Requiem de Berlioz sera joué le dimanche 25 novembre aux Invalides, là où il fut créé… Les places sont à partir de 7€, plus d’infos ici !