Franz Liszt – Concerto pour piano et orchestre n°1- Allegro Marziale Animato

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Franz Liszt
Franz Liszt

Désolés pour le retard… 2 articles pour le prix d’un aujourd’hui ;)

Vous vous rappelez peut-être de ce morceau grandiose: l’Allegro Maestoso du Concerto pour piano N°1 de Liszt, qui est le premier mouvement dudit concerto. Voici aujourd’hui le 4ème et dernier mouvement: Allegro Marziale Animato! Ce sous-titre en italien est assez clair: vous allez voir, ça dépote! (ERRATUM: la vidéo de l’article sur l’Allegro Maestoso présentait déjà le concerto entier. Qu’à cela ne tienne, voici un zoom sur le mouvement final! Face à un tel chef-d’oeuvre, mieux vaut deux fois qu’une ;) )

Je vous invite à imaginer la scène suivante (qui s’est vraiment passé). Nous sommes en 1855, à Weimar, au coeur de ce qui en train de devenir l’Allemagne. Cela fait 23 ans que Franz Liszt (qui a alors 44 ans mais les cheveux longs ;) ) travaille sur ce concerto qu’il espère être un immense chef d’oeuvre. Hector Berlioz, alors âgé de 52 ans, est un des bons amis musiciens avec qui Liszt entretient une relation d’admiration réciproque. Et c’est le compositeur français que le « Germano-Hongrois » a choisi pour diriger l’orchestre pendant que lui fait chanter le piano.

Hector Berlioz
Hector Berlioz

Deux monstres sacrés de la musique romantique réunis dans une salle de Weimar.
Peut-être ont-ils eu une pensée pour Chopin, leur ami commun, mort 6 ans avant à Paris. Quel dommage, on imagine facilement le plaisir que le génie polonais aurait pris à écouter la création du concerto N°1 de Liszt!

Dès les premières notes, on retrouve le style de Liszt, si flamboyant, virtuose et transcendant (ce qui le différenciait d’ailleurs de Chopin qui préférait trouver les notes les plus délicatement sensibles, celles qui font pleurer).

Et que dire de ce finale, la dernière minute… Cela fait environ 20 minutes que Liszt joue son concerto de façon ininterrompue. C’est la première fois qu’il joue ce morceau en public, il doit avoir à coeur de laisser une trace impérissable dans le souvenir de l’audience! On imagine facilement comment toutes ses forces, ses doigts prodigieusement agiles, et son âme fougueuse sont concentrés pour saisir le coeur de chaque auditeur et y susciter l’admiration! Quel spectacle que ce fou de musique, la chevelure volant à chaque accord, qui ne retient rien mais qui donne tout!