astor_piazzolla

Astor Piazzolla – Histoire du Tango – Café 1930

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Aussi étranger soyez vous de l’Argentine ou de l’Amérique latine toute entière, vous ne pouvez rester indifférent face à Astor Piazzolla, que nous vous avons déjà présenté. Le compositeur sud-américain fait actuellement l’objet d’une redécouverte en France, où il est souvent cité dans des festivals de musique moderne.

Piazzolla, c’est un son, c’est une atmosphère, c’est un exotisme. C’est l’incarnation d’une imagerie, celle d’une Argentine débridée, où l’on y danse le tango aux heures les plus impromptues. Mais aussi celle d’une Argentine en proie à un certain spleen quand bien même le rythme du flamboyant tango, éprouvé aux bras d’un beau cavalier (ou cavalière, tout dépend), vous fait oublier vos malheurs sur le coup de l’instant.

C’est ce délicieux croisement – un je-ne-sais-quoi aussi bien suave que mélancolique – qu’on retrouve dans l’extrait suivant, Café 1930. Dans ce morceau, c’est la langueur, la mélancolie, le mal de vivre qui se fait ressentir à travers les phrasés onctueusement travaillés. Les sursauts de tempo, les modulations qui parcourent ce morceau en renforcent la richesse et le thème principal fait ressortir une délicate sensualité.
Le recueil s’intitule l’Histoire du Tango, qui retrace l’évolution de la pratique de cette danse et les cadres dans lesquelles elle a habité : le bordel, le café et enfin le Nightclub…
Ces morceaux seront maintes fois repris et souvent transposés pour différentes combinaisons d’instruments, du très classique violon-piano au moins conventionnel piccolo-banjo.

J’ai choisi l’extrait suivant (un enregistrement sur la chaîne Mezzo, pour ceux qui ont le câble) parce que le morceau est exécuté par deux instruments classiques, comme dans l’esprit du blog. Je regrette qu’il manque l’introduction au piano, mais la qualité du son émanant du violon éclipse cette imperfection. Si vous cherchez plus original, je vous encourage à écouter l’enregistrement de Yo Yo Ma, qui est accompagné pour l’occasion d’un accordéon !

Ainsi va le tango, tel un leitmotiv dans l’histoire de ce grand pays d’Amérique…