Apocalyptica arrange « Dans l’antre du roi de la montagne » de Grieg

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

ApocalypticaVendredi, comme toutes les semaines, c’est hors-jeu! Une vidéo qui sort de l’ordinaire!

Cela peut paraître paradoxal, mais beaucoup de fans de musique Metal apprécient beaucoup la musique classique et vice-versa. Peut-être le point commun entre ces deux mondes est une certaine recherche de profondeur émotionnelle dans la complexité et la virtuosité… Si vous avez une autre théorie, je serais intéressé de l’avoir dans les commentaires!

Apocalyptica, groupe de Metal finlandais, fameux pour son utilisation de violoncelles, illustre le lien entre ces deux genres musicaux par cette interprétation très infidèle de la fameuse pièce de Grieg « Dans l’antre du roi de la montagne« , tiré de Peer Gynt.

Malheureusement, l’intégration Youtube a été désactivée, mais vous retrouverez cette vidéo en cliquant sur Qu’aurait pensé Edvard Grieg de cette reprise?

  • Adrien

    Hey! Je consulte régulièrement les nouveaux articles de ce site, et je remercie tous ceux qui postent (j’ai cru comprendre que vous étiez plusieurs, mais mes excuses si je me trompe!) car beaucoup d’articles sont super intéressants, et même s’ils n’ont pas de commentaires, je suis sûr que beaucoup suivent ce blog!

    Bref, j’ai trouvé ça intéressant comme question. Mais je suis pas trop d’accord avec la profondeur émotionnelle du Metal. Je respecte ce genre de musique, j’en écoute un peu, je connaissais d’ailleurs déja Apocalyptica, et Metallica (dur d’ignorer cuila même pour un pur amateur lol). MAIS, et ça n’engage que moi (et le fait que j’écoute pas beaucoup de Metal me prouvera peut être tort), je ne vois pas la « profondeur émotionnelle » dans le Metal, mais plutôt la complexité et la virtuosité, et surtout un besoin de REPERES (lire suite pour la définition de ce que j’appelle repère)!

    Dans un contexte global, c’est une réaction humaine de chercher où on est, de définir le cadre dans lequel on évolue, et dans la musique, il y a selon moi certains moyens de se « repérer ». ATTENTION je ne parle pas des « structures » (sonate/prélude/symphonies/concertos etc.) car un simple novice comme moi n’a pas parfois aucune idée de comment repérer facilement où est-ce qu’on est. Je pense que dans la musique, ce repérage se fait à travers un climat d’accoutumance, et ça peut être à travers la main gauche de certains morceaux classiques quand c’est une basse (comme du Mozart, typiquement), régulière et marqueuse du temps, ou alors ça peut être des motifs musicaux qui sont répétés, même s’ils subissent altérations et des nuances par ci par là (Je pense à des impromptus de Schubert), ou un mix un peu des deux (Liszt, La Campanella est le premier auquel je pense : un thème varié et une main gauche parfois joueuse mais suivant la plupart du temps une cadence et une rythmique marqué, surtout vers la coda). 

    En tout cas, ce n’est pas exhaustif, et il y a d’autres « moyens » que je peux trouver en cherchant, mais cette idée de marquer le temps est pour moi très présente dans le Metal avec les batteries qui rythmes les mesures, ou les guitares (souvent) qui font une ligne quasi continue de mélodie virtuose pour lutter/accompagner les rythmiques. 

    Et c’est aussi pourquoi j’apprécie certains « morceaux » de clubbeurs, ou des remix bien sales ou de l’électro : c’est la même idée des marqueurs (mais en BEAUCOUP plus cheap : paroles niveau zero, mélodies niveau -1, virtuosité niveau zéro sur un clavier à 3 notes lol). C’est super satisfaisant de taper du pied et d’anticiper les grosses basses (« repères ») en sautant pour atterrir quand elles explosent en faisant un peu vibrer les tripes (et perdre quelques dB temporairement [ou pas])

    Bon mon attention n’est pas de résumer un type de musique à quelques notions, mais juste pour dire que c’est comme ça que j’aborderai la question : pourquoi j’aime le classique et le métal (bon sans être un pur fan de Metal non plus)? Apres, j’ai juste tenté d’expliquer ce que je pense être UN dénominateur commun qui peut expliquer ce constat (fan de métal = apprécie classique et vice versa), mais je ne sous entends pas que ces deux choses soient véritablement COMPARABLES. Donc je n’ai pas cherché à rabaisser le Metal.  Mais selon moi, la « profondeur émotionnelle », non.