Piotr Tchaikovski – Symphonie N°5 – 1° mouvement: Andante / Allegro con anima

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

TchaikovskiJe vous propose de découvrir le premier mouvement de la magnifique 5° symphonie de Tchaikovski, qui tourne autour de l’obsession de l’idée de destin (fatum, pour les latinistes…). Ainsi, le compositeur avait laissé quelques notes à propos de sa 5° symphonie, comme celle-ci: « Introduction: soumission totale devant le destin ou, ce qui est pareil, devant la prédestination inéluctable de la providence ». Vous vous en rendrez compte dès le début du morceau… Mais si la première partie est lente (Andante), la musique devient vite rapide et animée… (Allegro con anima…)

J’ai en vain cherché la très belle interprétation de Karajan, mais n’ai pu trouver que celle de George Pehlivanian, ce qui est déjà relativement bien…

Et en bonus aujourd’hui, un peu de travail! Je vous invite à une initiation à la lecture d’une partition orchestrale, en se mettant à la place du chef d’orchestre, donc! Je ne garantis rien, c’est la première fois que je tente une pareille chose…

J’ai annoté le début de la partition (ce qui correspond, avec cette vidéo, aux six premières minutes environ) de manière à ce qu’elle soit comprise par des personnes peu savantes en musique – ou du moins connaissant quelques bases, comme savoir que lorsque des notes « montent », elles montent aussi sur la partition, ou que rondes, blanches, noires et croches sont chacune deux fois plus longue que la suivante…
Enfin, il faut savoir que chaque ligne correspond à un instrument, et qu’on lit donc plusieurs lignes à la fois… On distingue bien sur la première page l’organisation des instruments: les cordes, en bas, les cuivres au dessus, et les bois tout en haut. Lorsqu’un instrument ne joue pas pendant un certain temps, il n’est tout simplement pas représenté.

Le code couleur est assez simple: en bleu, la mélodie principale (qui n’est pas toujours jouée par les mêmes instruments), et en rouge et vert des parties que l’on peut distinguer assez facilement à l’oreille – le vert étant réservé pour des parties accompagnant la mélodie principale de manière plutôt douce, et le rouge, à des parties plutôt en « opposition » avec la mélodie principale (vous comprendrez mieux ce que je veux dire en écoutant – du moins, je l’espère!)

Enfin, j’ai représenté les sauts de pages, lorsque plusieurs pages musicales se retrouvaient sur une même feuille, par des gros traits verts horizontaux – tout à fait laids, je vous le concède volontiers.

J’espère que tout ceci n’est pas trop complexe… si seulement une personne comprenait les dessins que j’ai fait, alors je serais comblé (je compte sur les autres membres de la rédaction ;-)).
Si vous voulez télécharger le document: c’est ici

  • Marcouyou

    Excellent ! Avec les couleurs c’est plus clair !

  • Thibault Auzou

    Très intéressant! Suivre ce que font les différents instruments et quels sont les différentes voix grâce à cela, ça ne me fait apprécier ce beau morceau que plus!