Giuseppe Verdi – La Traviata – Un di felice, eterea

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

VerdiLe morceau du jour est un passage de l’opéra La Traviata, dont nous avions déjà écouté le prélude; on retrouve d’ailleurs ici un des motifs qui y avaient été suggérés. Pour moi, cet air est l’une des plus belles chansons d’amour de l’opéra… Le passage que je vous propose ici est la première apparition  de celui-ci, qui devient de plus en plus poignant au fur et à mesure que l’histoire devient tragique -du long air E strano qui vient conclure l’acte 1, jusqu’à l’air final, Se una pudica vergine, où l’air joué au violon vient accompagner les dernières paroles de Violetta…

Les paroles, et un semblant de traduction:

Alfredo
Un dì, felice, eterea, (Un jour, heureuse, sublime)
Mi balenaste innante, (Tu m’es apparue)
E da quel dì tremante (Et depuis ce jour, tremblant)
Vissi d’ignoto amor. (Je vis d’un amour ignoré)
Di quell’amor ch’è palpito (D’un amour qui est le coeur battant)
Dell’universo, Dell’universo intero, (De l’univers, de l’univers entier)
Misterioso, altero, (Mystérieux, fier)
Croce e delizia al cor. (Le supplice et le délice de mon coeur)
Misterioso, Misterioso altero,
Croce e delizia al cor.

Violetta
Ah, se ciò è ver, fuggitemi, (Ah, si cela est vrai, fuyez)
Solo amistade io v’offro: (Car je n’ai que l’amitié à offrir)
Amar non so, nè soffro (Je ne sais pas aimer, et ne saurais supporter)
Un così eroico amor. (Un amour si héroïque)
Io sono franca, ingenua; (Je suis sincère et naïve)
Altra cercar dovete; (Vous devriez en chercher une autre)
Non arduo troverete (Il ne sera pas difficile)
Dimenticarmi allor. (De m’oublier, alors)

Et la vidéo, avec les grands artistes Luciano Pavarotti et Johan Sutherland…