Antonio Vivaldi – Stabat Mater

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

VivaldiPar Camille Steiblen – Audituri Te Salutant!

Le Stabat Mater (abréviation du premiers vers, Stabat Mater dolorosa) est un poème latin médiéval qui évoque la douleur de Marie lors de la crucifixion de son Fils. Il a été écrit au XIIIème siècle par un moine franciscain, et mis en musique par de nombreux compositeurs. Celui de Vivaldi a été composé en 1712 pour l’église de sa ville natale (Brescia) mais n’a ensuite été rejoué qu’à partir de 1939. Vivaldi n’utilise que 10 des 20 vers du poème original. Il est très généralement interprété par un contre-ténor ou un haute-contre, mais il semblerait que Vivaldi aimait l’entendre chanter par des voix d’alto.

Voici le premier mouvement (Largo), interprété par le célèbre Andreas Scholl (contre-ténor). Je ne peux que vous conseiller d’écouter cette oeuvre magnifique en entier (notamment le Eias Mater).

Stabat Mater dolorosa
Iuxta crucem lacrimosa
dum pendebat Filius.

Cuius animam gementem,
contristatam et dolentem,
pertransiuit gladius.

O quam tristis et afflicta
fuit illa benedicta
Mater Vnigeniti.

Quæ mœrebat et dolebat,
Pia Mater cum uidebat
Nati pœnas incliti.

(Debout, la Mère, pleine de douleur,
Se tenait en larmes, près de la croix ,
Tandis que son Fils subissait son calvaire.

Alors, son âme gémissante,
Toute triste et toute dolente,
Un glaive transperça.

Qu’elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils de Dieu !

Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.